Jean-François Lisée s’invite à Ottawa

La caravane du Parti québécois s'est arrêtée dans la capitale fédérale pour une annonce qui relève plutôt de la tentative de coup d’éclat politique.
Photo: Guillaume Bourgault-Côté Le Devoir La caravane du Parti québécois s'est arrêtée dans la capitale fédérale pour une annonce qui relève plutôt de la tentative de coup d’éclat politique.

Le geste était rarissime, voire peut-être inédit dans les annales des campagnes électorales québécoises : Jean-François Lisée a fait dimanche escale directement en face du parlement fédéral pour « réclamer justice ».

La caravane du Parti québécois s’est en effet arrêtée dans la capitale fédérale pour une « annonce » qui relevait plutôt de la tentative de coup d’éclat politique : M. Lisée y a déclaré que le « Québec est perdant dans les investissements structurants et dans les achats annuels », selon lui.

Le déplacement de M. Lisée en Ontario n’a pas manqué d’étonner : dans les dernières campagnes, le PQ n’hésitait pas à faire un détour par l’autoroute 50 pour venir à Gatineau, afin d’être certain de ne pas franchir la frontière.

« Nous sommes venus donner un préavis au gouvernement fédéral : nous ne tolérons plus l’injustice. Le Québec, depuis des lustres, ne reçoit pas sa juste part des dépenses et des investissements fédéraux », a affirmé M. Lisée sous un soleil particulièrement généreux.

Le chef péquiste estime que « nous sommes en train de vivre le plus grand détournement de fonds de l’histoire du Québec » avec la stratégie maritime canadienne. Dévoilée il y a huit ans, celle-ci prévoit à long terme des investissements de plus de 100 milliards pour renouveler la flotte de la Garde côtière, de la marine et plusieurs grands traversiers.

L’essentiel des sommes est toutefois réservé pour les chantiers de Halifax et de Victoria, « alors qu’il y a 1000 familles à Lévis [chantier de la Davie] qui sont au chômage dans le meilleur chantier naval en Amérique du Nord », a soutenu M. Lisée.

« L’injustice structurelle fédérale pour l’économie québécoise qui se déroule depuis des décennies est symbolisée comme jamais auparavant » par ce dossier, pense le chef du PQ. Autres exemples ? Le soutien à l’industrie de l’automobile ontarienne par rapport au secteur forestier au Québec, ou encore l’argent investi par le fédéral pour soutenir l’industrie des sables bitumineux.

Le gouvernement fédéral a confirmé ce printemps qu’il s’engageait à investir 7,5 milliards dans des projets d’infrastructures au Québec d’ici les dix prochaines années. De cette somme, 5,2 milliards seront consacrés à des projets de transport collectif.