Vos voisins votent-ils comme vous?

Image: Anagraph

Explorez les données tirées des résultats de 2014 dans les différents bureaux de vote du Québec.

Le Devoir, en collaboration avec Anagraph, a cartographié les données disponibles à l’échelle la plus précise possible, soit chaque bureau de vote, pour l’élection de 2014, à partir des données du Directeur général des élections du Québec. Chaque bureau de vote représente en moyenne 341,5 électeurs. En parcourant la carte, vous pourrez ainsi savoir si vos voisins ont voté comme vous ou si la lutte était serrée dans votre quartier. Cette carte interactive présente les données les plus détaillées de la dernière élection générale.

Les lignes blanches forment les limites de chaque circonscription. Vous pouvez afficher les circonscriptions selon la carte électorale en vigueur en 2014 ou selon la nouvelle carte qui sera utilisée le 1er octobre. Vous pouvez cliquer sur la carte pour connaître la proportion de votes remportée par chaque parti dans un bureau de vote et dans la circonscription. Il y a en moyenne 145 bureaux de vote par circonscription. Leur nombre varie en fonction de la densité de la population et de l’étendue géographique de la circonscription. Environ 18 000 sections de vote parsèment le Québec le jour du vote.

Vous faites des trouvailles intéressantes en explorant la carte? Partagez-les dans les commentaires à la fin de l'article.


Le Devoir s’est aussi entretenu avec le politologue Thierry Giasson, de l’Université Laval, afin de tirer quelques observations à partir de cette carte pour chacun des partis politiques.
 

Coalition avenir Québec

En un coup d’oeil, on voit clairement que le vote de la CAQ est concentré le long du fleuve Saint-Laurent, des banlieues de Montréal aux banlieues de Québec. Seules quelques taches bleu pâle se détachent bien au-delà de ce couloir, dans les circonscriptions d’Abitibi-Est et de Dubuc au Saguenay.

Photo: Capture d'écran Le vote de la CAQ est concentré le long du fleuve Saint-Laurent, des banlieues de Montréal aux banlieues de Québec.

Force est de constater que le parti de François Legault n’a fait chavirer que bien peu de coeurs montréalais... Seuls quelques petits îlots bleu pâle accrochent le regard sur l’île de Montréal, où les trois autres grands partis sont bien représentés.

Dans la région de Québec, « des gains sont encore à faire pour la CAQ, qui avait perdu plusieurs circonscriptions en 2014 au profit du PLQ », note Thierry Giasson.

Les éclats bleu pâle à l’est de Québec, notamment dans Bellechasse, Côte-du-Sud et Rivière-du-Loup–Témiscouata, pourraient être le présage d’un basculement du vote vers la CAQ le 1er octobre prochain, croit le politologue.

Thierry Giasson estime également que la CAQ pourrait peindre en bleu pâle certaines circonscriptions de la vallée de l’Outaouais, dans l’ouest du Québec, notamment Papineau, où une section de vote avait penché en faveur du parti de droite en 2014.

Parti libéral du Québec

Le Parti libéral du Québec est-il le parti des châteaux forts ? Lorsqu’une circonscription vote rouge, c’est souvent toutes les sections de vote qui penchent en faveur des libéraux. « Mais quand une vague arrive, il y a des châteaux forts qui tombent », avance Thierry Giasson.

Les circonscriptions de Gatineau et de Huntingdon, colorées d’un rouge quasi homogène sur la carte, pourraient ainsi basculer aux mains de la CAQ.

En agrandissant la carte sur l’ouest de Montréal, on plonge dans une mer de rouge avec seulement deux poches de résistance péquiste dans la circonscription de Marquette (à Lachine). « Ce sera encore très difficile de faire basculer l’ouest de Montréal », analyse Thierry Giasson, parlant dans ce cas précis d’un « bastion inébranlable ».

Photo: Capture d'écran En agrandissant la carte sur l’ouest de Montréal, on plonge dans une mer de rouge avec seulement deux poches de résistance péquiste dans la circonscription de Marquette.

La bataille de Québec, livrée entre le Parti libéral et la Coalition avenir Québec en 2014, a laissé ses traces sur la carte. Une mosaïque bleu pâle et rouge rayonne autour de la Vieille-Capitale. Un rouge qui pourrait bien s’étioler au soir du 1er octobre, mentionne le professeur de l’Université Laval.

Photo: Capture d'écran Une mosaïque bleu pâle et rouge rayonne autour de la Vieille-Capitale.

Parti québécois

Le Parti québécois a semé des élans bleu foncé de manière éclatée, un peu partout sur la carte. Dans l’est du Québec, une tendance intéressante est soulignée par Thierry Giasson : « La côte de la Gaspésie est très bleu foncé, à quelques exceptions près, alors que les terres à l’intérieur de la péninsule sont rouges. »

Photo: Capture d'écran «La côte de la Gaspésie est très bleu foncé, à quelques exceptions près, alors que les terres à l’intérieur de la péninsule sont rouges».

À Québec comme à Montréal, les appuis du Parti québécois se sont réduits comme peau de chagrin au fil des dernières élections. Les bastions de Rosemont et Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, où le bleu foncé perdait déjà du terrain en 2014, pourraient être tapissés d’orange dans quelques semaines, glisse Thierry Giasson.

La lutte s’annonce également serrée sur la Rive-Sud de Montréal. Même si le bleu foncé est très présent sur la carte dans Taillon et Marie-Victorin, les forces péquistes sont encerclées par la CAQ. « Il y a l’effet des grappes régionales, analyse M. Giasson. Lorsqu’un député se trouve entouré par des élus d’une autre formation, il y a une pression qui se crée. »

Photo: Capture d'écran La lutte s’annonce serrée sur la Rive-Sud de Montréal.

Et même si les électeurs apprécient leur député, ils votent la plupart du temps en fonction du parti, souligne le politologue.

Québec solidaire

En jetant un oeil à la carte, il serait bien difficile d’arguer que Québec solidaire n’est pas un parti montréalais. Le vote solidaire est clairement concentré géographiquement dans un secteur bien délimité du centre de la métropole.

Dans quelques semaines, des circonscriptions attenantes à celles déjà détenues par les solidaires, telles qu’Hochelaga-Maisonneuve, Rosemont et Laurier-Dorion, pourraient élargir l’aura orange du centre de l’île.

Fait intéressant : une section de vote a été raflée par Québec solidaire dans la circonscription de Mont-Royal–Outremont. Cette section regroupe les électeurs habitant au flanc du mont Royal, à l’ombre de l’Université de Montréal, là où bien des étudiants résident.

Une autre poche solidaire accroche l’oeil près de Napierville dans la circonscription de Huntingdon.

« Si Québec solidaire est capable de faire un gain à l’extérieur de Montréal, ce sera dans Taschereau », suggère Thierry Giasson, notant que les grappes orange se font de plus en plus insistantes dans Limoilou. En 2014, cette circonscription contenait les seules touches bleu foncé dans la ville de Québec...

Il est à noter que les résultats par section de vote n'incluent pas le vote par anticipation, puisqu'il n'est pas attribué à une section de vote en particulier. Cependant, les résultats du vote par anticipation sont inclus dans le résultat de la circonscription.

Les résultats proviennent des données ouvertes du Directeur général des élections du Québec.

Cette carte a été réalisée conjointement par Le Devoir et Anagraph, entreprise de géomatique spécialisée en intelligence géospatiale. Cliquez ici pour la voir en plein écran.

2 commentaires
  • Yann Rohel - Abonné 13 septembre 2018 16 h 10

    Solution ne fonctionne pas pour moi

    Bonjour j'essaie de faire fonctionner la solution mais elle ne marche pas pour moi:
    2 essais:
    1- via téléphone android
    2- Via tablette Windows 10

  • Yann Rohel - Abonné 14 septembre 2018 16 h 36

    amusant et facile

    problème corrigé. c'est interessant à voir