Réforme du mode de scrutin: «on ne fera pas comme Justin Trudeau», jure Legault

Si la CAQ prend le pouvoir le 1er octobre, un projet de loi pour réformer le mode de scrutin sera déposé en moins d'un an, promet François Legault.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Si la CAQ prend le pouvoir le 1er octobre, un projet de loi pour réformer le mode de scrutin sera déposé en moins d'un an, promet François Legault.

L’engagement est réitéré, et dûment enregistré : si la Coalition avenir Québec (CAQ) prend le pouvoir le 1er octobre, François Legault déposera moins d’un an plus tard un projet de loi pour réformer le mode de scrutin, et ce, même si les libéraux ne sont pas d’accord.

L’élection qui vient sera donc la dernière du mode de scrutin actuel (majoritaire uninominal à un tour), sûr de sûr ? « Effectivement, a répondu François Legault lundi matin. Sauf si les libéraux sont élus. Mais on ne fera pas comme Justin Trudeau. »

Le premier ministre canadien a été élu en mettant en avant la promesse de réformer le mode de scrutin, mais il a fini par abandonner le projet.

L’engagement de M. Legault est connu et partagé par le Parti québécois et Québec solidaire — les trois partis ont signé un pacte à cet égard, d’ailleurs renouvelé à l’aube de la campagne lors d’une soirée politique à l’Université Concordia, organisée par l’Institut du Nouveau Monde et Le Devoir.

Mais dimanche, le chef péquiste a dit avoir un « doute » par rapport aux intentions de François Legault. « Il a signé le document qui, oui, s’engage à déposer dans l’année un projet de loi sur la réforme du mode de scrutin a-t-il dit. Mais je ne l’ai jamais entendu dire que la réforme serait appliquée à l’élection de 2022. »

M. Legault a déploré ces propos. « On a fait une sortie ensemble, M. Lisée, Manon Massé et moi. On avait convenu tous les trois d’être non partisans, en disant aux Québécois qu’il y a juste un parti qui est contre le vote proportionnel mixte, et que ce sont les libéraux. [...] Là, M. Lisée a décidé d’être partisan. Pour reprendre ses propos, je le trouve un peu poche. »

Le chef de la CAQ promet donc de « respecter un objectif ambitieux : on va déposer un projet de loi dans la première année. Pas dans les quatre ans : dans les 12 prochains mois. On a participé aux discussions avec le Mouvement démocratie nouvelle, on sait pas mal où on s’en va. On sait que les libéraux ne sont pas d’accord, mais il y a de grandes chances qu’il y ait 50 % +1 de députés de la CAQ, du PQ et de QS le 1er octobre ».

Cela veut donc dire que l’appui des libéraux ne sera pas nécessaire pour procéder ? Il est coutumier que ce genre de transformation soit faite avec l’appui de tous les députés à Québec. Réponse de M. Legault : « Il y a trois partis sur quatre [qui sont d’accord]. Je ne pense pas que les libéraux doivent avoir un droit de veto. »

Illégitime, dit Couillard

Une réforme du mode de scrutin qui ne recueillerait pas l’appui de tous les membres de l’Assemblée nationale serait dépourvue de légitimité, a toutefois réagi le chef du PLQ, Philippe Couillard.

« Un vote sur un sujet aussi fondamental, à mon avis, ne peut être qu’unanime à l’Assemblée nationale, sinon il n’est pas légitime », a-t-il déclaré lundi dans un point de presse à Québec.

L’instauration d’un mode de scrutin proportionnel mixte régional se traduirait nécessairement par « moins de députés élus par le monde dans les régions » au Parlement, a-t-il averti. M. Couillard promet pour sa part le maintien d’une « voix forte » des députés des régions sans les débats à l’Assemblée nationale — « pas une voix de gens de liste, une voix de gens élus par le citoyen sur le terrain », a-t-il souligné.

En avril dernier, le PQ, la CAQ, QS et le Parti vert se sont engagés à « mettre en place un système à finalité proportionnelle au Québec » en dépit du refus du PLQ, et ce, en paraphant une entente — un « malheureux document », selon M. Couillard — rédigée sous l’égide du Mouvement démocratie nouvelle (MDN).

En réitérant son appui à une réforme du mode de scrutin, François Legault « confirme qu’il veut s’attaquer aux régions, à la représentation des régions », a martelé le chef libéral lundi.

Débat

Par ailleurs, M. Legault a continué lundi de lancer des appels tous azimuts aux électeurs. « C’est bon pour tous les Québécois, de voter pour la CAQ. C’est bon pour les libéraux mous, c’est bon pour ceux qui votaient pour le PQ. C’est bon pour tout le monde. »

La veille, il en appelait aux conservateurs et aux libéraux fédéraux. Il se posait aussi en solution de rechange pour les libéraux provinciaux qui ne se reconnaîtraient plus dans un parti devenu « aussi dépensier que Québec solidaire ». Et il rappelait qu’on « n’a pas besoin d’être 100 % d’accord avec un parti pour voter pour lui ».

« Vous allez m’entendre d’ici le 1er octobre dire chaque jour dire que la seule équipe qui peut battre les libéraux, c’est la CAQ. C’est une réalité. Il n’y a pas un analyste de bonne foi qui va contredire que le seul parti qui peut battre les libéraux, c’est la CAQ », soutient-il.

Cela se fait dans un contexte où la CAQ est bien en avant dans tous les sondages depuis un an… mais où M. Legault constate lui-même que son parti ne progresse plus.

« Évidemment, on ne commente jamais les sondages, mais on a commencé avec cinq points d’avance, et on a encore cinq points d’avance, a-t-il remarqué. Ce n’est pas facile d’être premier dans les sondages. On se trouve à avoir trois personnes qui nous attaquent. Et ce ne sera pas facile dans les débats, on le sait. Je vais me coucher de bonne heure mercredi soir pour être bon au débat [télévisé de jeudi]. Quand on parlera de “peaker”, c’est le débat qui est important. »

Avec Marie-Michèle Sioui et Marco Bélair-Cirino

À quoi ressemblerait une élection avec un scrutin proportionnel au Québec?