Véhicules électriques: le PQ opte finalement pour une «cible» non contraignante

Le chef du PQ, Jean-François Lisée
Photo: Mathieu Bélanger Archives La Presse canadienne Le chef du PQ, Jean-François Lisée

Le Parti québécois renonce à exiger que l’ensemble des véhicules électriques vendus au Québec en 2035 soient rechargeables, optant plutôt pour une « cible » non contraignante.

Dans sa plateforme adoptée en mai, le parti écrivait que « 100 % des véhicules légers vendus au Québec en 2035 devront être rechargeables ».

En point de presse lundi matin, le PQ a plutôt insisté sur sa volonté « d’arriver à l’objectif », sans l’imposer.

« Aller aujourd’hui sur des idées de contraintes et de punition, c’est vraiment prendre les gens à rebours, alors qu’ils disent : il n’y en a même pas, de pick-up électriques ou rechargeables abordables, pourquoi vous me parlez de me punir de ne pas acheter quelque chose qui existe ? », a expliqué le chef Jean-François Lisée.

Dans le document qu’il a remis aux médias, le PQ dit désormais vouloir souhaiter « adopter des cibles audacieuses de ventes de véhicules électriques rechargeables ». L’utilisation du verbe « devoir », remarqué dans la plateforme, a ainsi disparu.

En début de campagne, Jean-François Lisée s’en est pris à la volonté de Québec solidaire d’interdire les véhicules à essence dès 2030 s’il prend le pouvoir. « L’objectif est noble, le moyen, un petit peu raide », a-t-il dit alors.

Lundi, il a plaidé en faveur d’un « accompagnement positif » des consommateurs. « On le sait : les voitures rechargeables disponibles sur le marché du Québec sont toutes achetées. On pense qu’on va pouvoir atteindre notre objectif tout simplement en répondant à la demande », a-t-il déclaré.