Le PLQ promet de ne pas hausser les seuils d’immigration sans s’assurer de mesures d’intégration

Le chef du PLQ, Philippe Couillard
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne Le chef du PLQ, Philippe Couillard

Le chef du PLQ, Philippe Couillard, promet de ne pas hausser les seuils d’immigration avant d’être assuré que « toutes les politiques d’intégration et de francisation [...] soient en place et fonctionnent ».

« La pire chose qu’on pourrait faire pour l’acceptation sociale ou l’harmonie sociale avec l’immigration, c’est d’augmenter les chiffres sans avoir déployé en même temps les mesures d’intégration et de francisation », a-t-il soutenu dans un point de presse lundi.

Le Québec n’a d’autre choix que d’augmenter à 60 000 le nombre annuel d’immigrants qu’il accueille, soulignait pourtant M. Couillard, il y a deux ans et demi. « On a besoin de le faire », avait-il affirmé au printemps 2016.

Le premier ministre s’en est tenu lundi à dire que « [à terme], bien sûr, il sera probablement nécessaire d’augmenter le nombre » de travailleurs étrangers admis au Québec pour pallier le problème de pénurie de main-d’œuvre. « Ce qu’on veut faire, c’est d’abord de maintenir le niveau actuel. »

Tout projet d’augmentation du nombre de personnes admises au Québec sera discuté à l’Assemblée nationale, a précisé M. Couillard, refusant toutefois de dévoiler les cibles d’immigration qu’il a en tête. « Ma proposition, c’est de ne pas diminuer, voilà ! » a-t-il lâché après avoir été pressé de questions. « La question de l’élection, Monsieur, ce n’est pas d’augmenter, c’est de porter un jugement sur ceux qui veulent diminuer. C’est ça, la question de 2018 », a-t-il fait valoir, montrant du doigt la proposition de la Coalition avenir Québec de resserrer de 20 % le contingent d’immigrants admis. « J’ai confiance que les Québécois, les Québécoises, y réfléchissant bien, vont constater, comme nous, que c’est une erreur grave », a dit M. Couillard lundi.

Nouvelles ressources

Le PLQ promet de tirer vers le haut les sommes allouées pour l’intégration et la rétention des « travailleurs venus d’ailleurs », en accordant une nouvelle aide financière de 10 millions de dollars sur cinq ans aux municipalités régionales de comté (MRC) et aux villes comme Montréal.

Celles-ci pourront notamment évaluer les besoins de main-d’œuvre dans leur coin de pays, dont ceux qui pourront être comblés par les immigrants, avec l’aide d’Emploi-Québec et des conseils régionaux des partenaires du marché du travail.

Le chef libéral, Philippe Couillard, a aussi réitéré lundi les promesses qu’il a faites lors du conseil général du PLQ à Montréal le 4 juin dernier : augmenter de 10 millions par année les services de francisation en entreprise offerts par les commissions scolaires et les organismes en plus, d’une part ; accorder 15 millions par année aux MRC pour favoriser l’intégration et la rétention des immigrants dans les régions, d’autre part.

« Quand je rencontre des entrepreneurs, leur principale inquiétude est de devoir refuser ou annuler un contrat faute de gens pour le réaliser. Contrairement à d’autres, nous reconnaissons cet enjeu et nous ne baisserons jamais les bras face à ce défi », a déclaré le premier ministre, de passage dans les locaux de la firme de services-conseils en technologies de l’information Cofomo, à Québec.

Selon les projections gouvernementales, le marché du travail québécois devra pourvoir plus de 1,3 million d’emplois dans la prochaine décennie. L’État mise sur les jeunes pour occuper 702 000 d’entre eux (54 %) et sur les immigrants pour occuper 285 000 d’entre eux (22 %) d’ici 2026.

« [Il] est inévitable de miser sur des travailleurs venus d’ailleurs bien intégrés et francisés », fait valoir le PLQ.

Cela dit, le PLQ s’engage à « adapter encore davantage la formation aux différents besoins des régions », en plus de favoriser la participation des travailleurs expérimentés, des autochtones et des personnes avec un handicap sur le marché du travail. Enfin, un gouvernement libéral continuera à soutenir l’automatisation en investissant notamment dans l’intelligence artificielle.


Quand je rencontre des entrepreneurs, leur principale inquiétude est de devoir refuser ou annuler un contrat faute de gens pour le réaliser.