Lisée qualifie une blague sur Hitler d’«humour noir»

Selon B’nai Brith, Michelle Blanc a tenu des propos la disqualifiant dans sa volonté de «représenter ses électeurs de manière juste et équitable».
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Selon B’nai Brith, Michelle Blanc a tenu des propos la disqualifiant dans sa volonté de «représenter ses électeurs de manière juste et équitable».

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a refusé dimanche de condamner un tweet dans lequel sa candidate Michelle Blanc souligne l’anniversaire d’Hitler, parce qu’il s’agit à son avis d’« humour noir ».

« MERDE j’ai oublié de fêter l’anniversaire d’Hitler la semaine dernière ! (foutage de merde en retard) », a écrit Michelle Blanc sur son compte Twitter le 22 avril 2011.

« C’est de l’humour noir. C’est clair que c’est de l’humour noir », a commenté Jean-François Lisée, quelques heures après que l’organisation juive B’nai Brith lui eut demandé de larguer sa candidate. « Non », il n’a pas ri à cette blague, a-t-il admis. « On n’a pas besoin de rire. Est-ce qu’on va se mettre à interdire l’humour noir ? La conversation que nous avons est symptomatique d’un rétrécissement de la liberté d’expression. »

Jean-François Lisée avait dénoncé en octobre 2017 les propos du commentateur Luc Lavoie sur « la chasse aux séparatistes », en soulignant que l'employeur de Lavoie de l’époque, TVA, n’aurait jamais accepté que celui-ci fasse de tels commentaires au sujet des juifs.

Or, les propos de Michelle Blanc — qui a écrit dans un billet de blogue qu’elle aurait « frappé » un juif hassidique « par intolérance » si ce dernier ne s’était éloigné de son chemin — sont d’un autre ordre, selon le chef péquiste.

« Il y a une question de chasse, et donc d’utilisation d’armes contre des gens pour leur opinion politique. La chasse aux séparatistes », a-t-il expliqué en référence aux propos de Lavoie pour justifier son appui à sa candidate. « Les législateurs ont dit que la liberté d’expression n’était pas totale et que l’appel à la violence était une restriction raisonnable de la liberté d’expression. »

Un billet de blogue controversé

Les commentaires de Michelle Blanc sur le juif hassidique qu’elle aurait voulu « frapper » se trouvent dans un billet de blogue publié en 2007. Dans le texte, la candidate dans Mercier suggérait aux juifs hassidiques de faire comme « d’autres sectes extrémistes qui se réfugient dans le milieu des bois, à l’orée de la civilisation », puisqu’ils veulent selon elle « tellement se couper du reste du monde ».

Dès l’ouverture de son billet, Michelle Blanc (alors Michel Leblanc) se défend d’être raciste, mais s’admet « cependant intolérant ». Elle critique entre autres un juif hassidique — qu’elle qualifie de « trou du c… » — parce qu’il n’aurait pas respecté une file d’attente pour acheter des fleurs et pour demander un remboursement après avoir jeté son dévolu sur des fleurs « moins chères ».

Dans un plaidoyer pour la « liberté de critiquer », Jean-François Lisée s’est une fois de plus rangé derrière sa candidate.

« Il y a quand même une maudite limite à traiter de racistes des gens qui utilisent leur liberté d’expression pour critiquer des choses qui sont critiquables », a lancé le chef péquiste. « On est aux prises avec un petit groupe, non représentatif des communautés juives, qui a voulu s’ingérer dans la campagne électorale de façon très brutale », a-t-il dit au sujet de B’nai Brith. Il a attiré l’attention des journalistes sur un tweet du Centre consultatif des relations juives et israéliennes-Québec, qui a remercié Michelle Blanc dimanche pour ses voeux pour le Nouvel An juif et le Jour du pardon. « Nous apprécions grandement nos liens continus d’amitié avec vous », a écrit l’organisation.

Dévoilé par le PQ

Fait à noter : c’est le Parti québécois lui-même qui a dévoilé dimanche une lettre de l’organisation juive B’nai Brith, qui lui demande de retirer la candidature de Michelle Blanc en raison de propos qu’elle juge antisémites.

« J’ai reçu cette lettre hier comme une tentative d’intimidation, d’étouffer le débat », a déclaré Jean-François Lisée. « Ils ont [une liberté d’expression]. Et moi aussi. Alors ils l’utilisent et moi aussi. De toute évidence, il s’agit d’une manoeuvre politique. Je sais comment jouer à ce jeu. »

S’il a publié la lettre, c’est parce que les membres de B’nai Brith « ont menacé de nous traiter de noms le matin du débat », a-t-il expliqué. « Et donc, quand des gens tentent de m’intimider, je réagis rapidement, fermement ; je me défends », a-t-il statué.