Le PLQ s’engage à offrir des crédits d’impôt aux proches aidants

M. Couillard s’engage à présider, dès la première année du prochain mandat, un forum national où les bases d’un plan d’action gouvernemental sur la proche aidance seraient jetées.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne M. Couillard s’engage à présider, dès la première année du prochain mandat, un forum national où les bases d’un plan d’action gouvernemental sur la proche aidance seraient jetées.

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a clos dimanche une série d’annonces destinées aux aînés, en s’engageant à appuyer financièrement les particuliers qui exécutent des travaux de rénovation résidentielle nécessaires à l’accueil d’un proche aîné.

L’État remboursera 20 % des dépenses entre 2000$ et 12 000 $, a-t-il indiqué lors d’un point de presse aux Résidences La Villa, à Trois-Rivières.

Ainsi, un particulier exécutant des travaux d’adaptation de son domicile afin de le transformer en maison bigénérationnelle d’une valeur de 10 000 $ — installation d’une rampe par exemple — se verra rembourser 2000 $ par Revenu Québec.

Le déploiement de cette mesure fiscale coûterait 40 millions de dollars à l’État. « On n’a pas pris ça dans les airs cette idée du crédit d’impôt pour les maisons. Les gens nous l’ont demandé. D’ailleurs, ils nous demandaient deux choses en particulier: la gratuité des stationnements dans les CHSLD [et l’aide aux] maisons bigénérationnelles », a indiqué M. Couillard à la presse.

« Les proches aidants contribuent de façon inestimable à la société. Nous avons reconnu leur travail et leurs droits dans la loi. Nous voulons maintenant mieux les soutenir. Avec les organismes déjà présents sur le terrain, nous voulons leur offrir plus de services et faire une différence dans la vie de ces personnes qui font une si grande différence dans la vie de leurs proches », a déclaré M. Couillard.

Le chef libéral promet aussi de développer aux quatre coins du Québec des services de répit pour les aînés et les adultes souffrant de maladies graves. Dans un deuxième mandat, un gouvernement libéral déploierait, en collaboration avec les organismes présents sur le terrain, des services d’entraide pour offrir de l’aide, y compris psychologique, aux proches aidants.

Enfin, M. Couillard s’engage à présider, dès la première année du prochain mandat, un forum national où les bases d’un plan d’action gouvernemental sur la proche aidance seraient jetées.

« Il faut que l'enjeu de la proche aidance soit mieux cerné, mieux compris, mieux partagé par les familles, les communautés, les spécialistes de toutes les régions et les personnes elles-mêmes. Il faut préciser les besoins, s'inspirer des meilleures pratiques à l'étranger et se donner un plan d’action global à l'échelle du Québec qui respecte les particularités de chaque milieu de vie et de chaque région », a-t-il indiqué.