Signes religieux en garderie: une «coquille» dans la plateforme du PQ

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

La plateforme « Langue française, immigration et intégration » présentée samedi par le Parti québécois contenait une note de bas de page suggérant qu’un « comité se penche » sur l’interdiction des signes religieux dans les garderies en milieu familial.

Or ce n’est pas la position du PQ, qui limite cette interdiction « aux personnes en autorité, aux éducateurs en garderie ou en CPE et aux enseignants des niveaux préscolaire, primaire et secondaire ». S’agit-il d’une nouvelle prise de position ?

« À quelle page êtes-vous ? », a demandé Jean-François Lisée à la journaliste qui l’interrogeait sur la question.

« Ah ça, ça a résisté à la relecture, alors vous pouvez le biffer dans chacun de vos documents. Ce n’est pas notre position. Nous nous en excusons », a-t-il continué.

L’interdiction du port de signes religieux dans les garderies en milieu familial n’est ni dans notre programme, ni dans notre plateforme, a-t-il déclaré plus tard, en anglais. « C’est une coquille. Vous pouvez choisir de l’écrire en Une de la Gazette, mais c’est une coquille », a statué le chef péquiste.

Un cours accéléré en direct

Vendredi, la position péquiste sur cette même question a donné lieu à une autre situation cocasse. Annie Lessard, qui a remplacé la candidate démissionnaire Barbara Guy à pied levé pour briguer les suffrages sous la bannière péquiste dans Laporte, a eu droit à un cours accéléré sur la question — devant les caméras et les micros. Elle venait tout juste d’admettre qu’elle ne connaissait pas la position de son (nouveau) parti.

Elle n’a « pas eu son briefing de la candidate » avant de rencontrer les médias, a reconnu le chef Jean-François Lisée. « Ça s’en vient, il y a un beau cahier qui s’en vient. Et une journée de formation aussi », a lancé le chef, à côté de sa candidate déstabilisée par une question.

« Ma question : mettons la petite croix ? Ou la grosse ? », a demandé Annie Lessard, après que le chef lui eut expliqué que le PQ prône dans les CPE et garderies une interdiction des signes religieux ou de conviction « apparents », avec un droit acquis. « Apparent », a-t-elle répété avant de soupirer. « J’appuie le parti. Je suis à l’aise avec la position du parti », a-t-elle tranché.