L’animateur Louis Lemieux représentera la CAQ dans Saint-Jean

Louis Lemieux a longtemps travaillé à Radio-Canada, qu'il a quittée en 2014.
Photo: Radio-Canada Louis Lemieux a longtemps travaillé à Radio-Canada, qu'il a quittée en 2014.

Pour remplacer le candidat Stéphane Laroche dans Saint-Jean, la Coalition avenir Québec (CAQ) a choisi l’animateur et communicateur Louis Lemieux — que François Legault situe dans la « catégorie des journalistes sympathiques ».

M. Lemieux a longtemps travaillé à Radio-Canada (RDI Matin Week-End). Il a quitté le diffuseur public en 2014, a travaillé à la radio (notamment BLVD en 2017) et se présente maintenant comme « producteur, formateur, animateur et conseiller en communication ». Il habite dans la circonscription voisine de Saint-Jean.

« J’ai passé trois jours l’été dernier à enregistrer avec lui les capsules qui sont sur ma page Facebook, a indiqué François Legault vendredi après-midi. J’ai appris à le connaitre, et il m’avait dit qu’il habitait dans le coin de Saint Jean. J’avais déjà mes candidats mais j’ai gardé ça en tête. Quand on a eu le pépin, on l’a appelé et il a accepté rapidement de venir se joindre à la CAQ. »

François Legault a remercié le candidat Laroche mardi, moins d’une heure après la publication d’un article de La Presse canadienne qui détaillait ses déboires avec les autorités.

L’ex-candidat est propriétaire du pub O’Bock, établissement situé à Saint-Jean-sur-Richelieu. M. Laroche a eu ces dernières années plusieurs démêlés avec la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), qui a suspendu son permis d’alcool à trois reprises, et avec la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) parce qu’il ne respectait pas la Loi sur l’équité salariale.

M. Legault était au courant de « deux infractions, entre autres pour avoir accepté des mineurs [dans son bar], et il y avait des circonstances atténuantes — un policier avait reconnu qu’une fausse carte avait été très bien faite ». « Je ne pense pas que ces deux infractions méritaient que je le refuse comme candidat », avait-il dit.

« Mais il y a de l’information que je n’avais pas, a-t-il expliqué mercredi Et ça, je n’aime pas ça. Je n’étais pas content de ne pas être au courant des questions d’équité salariale, de pratiques douteuses avec des bracelets. Donc, j’ai pris la décision qui s’imposait. Je pense que le candidat aurait dû nous informer. »