Deux ex d’«Occupation double» chez QS

Faute de journalistes à bord de son autobus de campagne, Québec solidaire a lancé une invitation à «toutes les personnalités du Web, twitteux, facebookeux, instragrammeux».
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Faute de journalistes à bord de son autobus de campagne, Québec solidaire a lancé une invitation à «toutes les personnalités du Web, twitteux, facebookeux, instragrammeux».

Faute de journalistes à bord de son autobus de campagne, Québec solidaire (QS) a ouvert jeudi sa caravane à deux anciennes candidates d’Occupation double pour leur permettre de rapporter les coulisses de leur tournée. Une situation inédite dans le monde politique.

« Malgré nos invitations chaleureuses, aucun journaliste n’occupe l’autobus que nous avons prévu pour eux », a écrit mercredi soir Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de QS.

Comme tous les partis politiques, QS propose aux médias des forfaits pour être suivi par des reporters tout au long de la campagne électorale. Par souci d’indépendance, chaque journaliste paie son siège à bord de l’autobus, ses repas ainsi que son hébergement.

Depuis mardi, les deux médias, dont Le Devoir, qui ont suivi QS durant la première semaine de tournée ont quitté le bus et ont prévu d’y remonter la dernière semaine avant le scrutin.

M. Nadeau-Dubois a donc lancé une invitation à couvrir la campagne de QS à « toutes les personnalités du Web, twitteux, facebookeux, instragrammeux et autres citoyens et citoyennes actifs sur les réseaux sociaux ».

« Ce qui est décevant, ce n’est pas tant qu’ils invitent des influenceurs, mais plutôt l’absence de journalistes qui illustre que les médias manquent d’argent et qu’on se retrouve avec une campagne où un parti comme QS ne peut pas avoir une couverture journalistique [complète] », souligne Stéphane Giroux, président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ).

La formation politique de gauche a donc accueilli jeudi deux anciennes candidates d’Occupation double, Jessie Nadeau et Alexandra Stellini, toutes deux suivies par plus de 115 000 abonnés sur Instagram.

Les deux femmes ont récemment lancé Les Enjeux-liveuses, une série sur Instagram dont l’objectif est de parler de politique sur les réseaux sociaux.

« Le but n’est pas de s’improviser expertes de politique. Le but, c’est de donner une voix aux politiciens pour nous en apprendre peut-être un peu plus sur les projets qu’ils nous proposent pour le futur, parce que le 1er octobre, on va voter, et ces gens-là vont prendre des décisions pour nous », explique Alexandra Stellini dans une publication.

Tout au long de la journée de jeudi, les deux influenceuses ont partagé de nombreuses publications de leur virée avec les solidaires. Elles ont entre autres assisté au dévoilement du plan mobilité de QS à Montréal, ont suivi Manon Massé à un débat au cégep du Vieux Montréal, puis accompagné Gabriel Nadeau-Dubois sur le plateau de RDI.

Une pratique désuète ?

Cette initiative de QS ne surprend pas l’ex-journaliste et ancien politicien Pierre Duchesne.

« QS a voulu se comporter comme un grand parti en faisant le pari qu’il pourrait attirer des journalistes dans sa caravane, une tradition qui existe depuis les années 1970. À l’époque, les journalistes trouvaient ça compliqué de suivre les chefs de parti dans leurs déplacements, alors les partis ont commencé à réserver des autobus pour les reporters », souligne M. Duchesne, désormais professeur de communication politique à l’Université Laval.

Il estime toutefois qu’il est important de distinguer le rôle de l’influenceur et celui du journaliste. « L’influenceur n’est pas employé d’une entreprise, il n’a pas à respecter un cadre éthique », rappelle-t-il.

Jeudi, QS a confirmé que les influenceurs, contrairement aux médias, n’auront pas à débourser pour leur siège dans l’autobus.

« On n’a pas l’intention de leur facturer un prix pour monter à bord, parce que notre autobus est payé. Évidemment, toutes leurs dépenses personnelles, comme leur hébergement et leurs repas, seront à leurs frais », indique Stéphanie Guèvremont, responsable nationale des relations publiques de QS.

« On ne va pas choisir des influenceurs qui sont vendus à QS. Notre porte est ouverte à tous ceux qui veulent parler de politique », assure également Mme Guèvremont.

Contrôle

Bernard Motulsky, titulaire de la Chaire de relations publiques et communication marketing à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), estime qu’il faudra surveiller l’interprétation de la Loi électorale quant à la visibilité que l’invitation d’influenceurs du Web procurera à une formation politique.

« Est-ce que ça devra faire partie des dépenses publicitaires ? Même si l’influenceur ne reçoit pas d’argent pour y être, le fait d’être à bord gratuitement peut être considéré comme une contribution pour qu’il parle du parti politique », note-t-il.

Au bureau du Directeur général des élections du Québec, la porte-parole Stéphanie Isabel dit « prendre acte de la situation actuelle ». Elle dit ne pas pouvoir commenter le cas précis de QS, mais rappelle qu’il y a quatre conditions à remplir pour qu’une dépense électorale soit considérée comme telle. « [La dépense] doit favoriser ou défavoriser, directement ou indirectement, l’élection d’un candidat ou celle des candidats d’un parti, diffuser ou combattre le programme ou la politique d’un candidat ou d’un parti, approuver ou désapprouver des mesures préconisées ou combattues par un candidat ou un parti, approuver ou désapprouver des actes accomplis ou proposés par un parti, un candidat ou leurs partisans », souligne Mme Isabel.

QS assure s’être informé auprès du DGEQ avant de lancer l’invitation aux influenceurs du Web.

« On avance prudemment dans cette expérience-là. Le DGEQ nous a dit qu’il n’y a aucun problème à ce qu’il y ait des gens qui nous suivent gratuitement dans notre autobus. Traditionnellement, les journalistes paient pour leur liberté, mais c’est certain qu’on sera prudents et qu’on ne va pas franchir de ligne avec les influenceurs », indique Stéphanie Guèvremont.

Mise à jour

Après publication de cet article, Québec solidaire (QS) s’est ravisé et imposera un tarif aux influenceurs du web qui désirent monter à bord de l’autobus destiné aux médias. « On va charger [sic] aux gens du web les mêmes tarifs flexibles qu’on charge aux journalistes », a indiqué Stéphanie Guèvremont, responsable nationale des relations publiques de QS.

 

QS avait d’abord indiqué être prête à offrir gratuitement le siège à bord de l’autobus, en excluant les repas et l’hébergement.

 

La formation politique de gauche a également précisé vendredi que la présence des deux anciennes candidates d’Occupation double, Jessie Nadeau et Alexandra Stellini, était prévue depuis quelques semaines.