Le député péquiste Guy Leclair formellement accusé de conduite avec facultés affaiblies

Le député de Beauharnois a avisé son chef de ses récents déboires avec les policiers il y a dix jours, avait confirmé mardi soir Jean-François Lisée.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le député de Beauharnois a avisé son chef de ses récents déboires avec les policiers il y a dix jours, avait confirmé mardi soir Jean-François Lisée.

Le candidat péquiste Guy Leclair est formellement accusé de conduite avec les facultés affaiblies et de refus d’obtempérer à un ordre d’un agent de la paix, a confirmé mercredi le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Le député de Beauharnois devra se présenter au palais de justice de Valleyfield le 21 septembre pour sa comparution.
 

Il reste pour le moment dans les rangs péquistes, puisque le chef Jean-François Lisée accepte entièrement sa version des faits — voulant qu’il n’ait pas été en état d’ébriété lors de son arrestation et qu’il n’ait pas refusé de se soumettre à un éthylotest.
 

Sauf que Guy Leclair siégera comme indépendant s’il est élu le 1er octobre, et ce, tant que son procès n’aura pas connu de dénouement.

« J’espère qu’il va être réélu, c’est un excellent député. Mais effectivement, tant qu’on n’aura pas la lumière, il ne siégera pas au caucus », a déclaré Jean-François Lisée.

 

« Dans tous les cas où il y a des accusations criminelles […] la règle générale est que la personne est suspendue du caucus en attendant de voir si elle est condamnée ou innocentée. En campagne électorale, on ne peut pas faire ça», a-t-il fait valoir.

 

Lisée au courant depuis le 24 août

Le député de Beauharnois a avisé son chef de ses récents déboires avec les policiers il y a dix jours, a confirmé mardi soir Jean-François Lisée. « Je lui ai dit : attendons de voir si une accusation sera portée. Il avait un doute, compte tenu de sa version des faits, à savoir si une accusation serait portée », avait déclaré le chef du PQ.
 

Il refuse de suspendre son candidat. « Il est [convaincu], lui, de gagner ce procès-là s’il existe. Alors voilà, on va attendre les faits, les versions et on va voir », a-t-il dit. « Je ne passe pas l’éponge, a-t-il précisé. Je dis que le processus va se dérouler. C’est sérieux. Pour l’instant, il est accusé, il n’est pas condamné. Attendons le processus. »
 

Arrêté en 2013

Guy Leclair, 50 ans, a plaidé coupable à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies en 2013. Il a été condamné à payer une amende de 2000 $ et son permis de conduire a été suspendu pendant 12 mois.
 

Dans un communiqué laconique envoyé en soirée, le député péquiste a dit « ne pas nier » avoir été arrêté dans la nuit du 13 juillet. « Toutefois, je maintiens que je n’avais en aucun cas enfreint la loi. De surcroît, je n’ai jamais refusé de passer un [éthylotest]. À deux reprises, j’ai obtempéré aux demandes des policiers afin de me soumettre à leur test », a-t-il écrit.

« Évidemment, je prouverai mon innocence. Le dossier suivra son cours et le tout se réglera devant les tribunaux. »