François Legault veut stimuler la production en serre

Dans le cas de l'achat local, «il faut que l’État donne l’exemple», pense le chef caquiste François Legault.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Dans le cas de l'achat local, «il faut que l’État donne l’exemple», pense le chef caquiste François Legault.

Les organismes publics doivent faire un effort de plus pour « mettre des aliments de chez nous » dans l’assiette des Québécois, estime François Legault, qui promet 32 millions pour améliorer la situation. Une partie de cet argent servira au soutien à la production en serre… mais pas à celle des producteurs de cannabis.

 

Dans le cadre de son plan pour « augmenter l’approvisionnement en produits locaux pour toutes les institutions publiques, et mieux soutenir les productions en serre et maraîchère », la CAQ investirait 12 millions sur quatre ans pour soutenir la production en serre.

 

« Un gouvernement CAQ va tout mettre en œuvre pour doubler la production en serre » d’ici cinq ans, a dit le chef caquiste lors d’un point de presse dans une gigantesque serre de Sainte-Clotilde-de-Châteauguay. De 2007 à 2015, l’Ontario a ajouté 318 hectares de production de légumes en serre, contre 21 pour le Québec (le total ici serait de 95 hectares), calcule la CAQ.

 

Pour accroître l’attrait de ce type de culture, la CAQ bonifierait ainsi le programme de rabais d’électricité qui est actuellement offert aux producteurs en serre. « On va doubler le rabais, de 20 à 40 % », a promis François Legault. Le programme a été créé par le budget de mars 2017 pour « favoriser le développement des serres ».

 

Mais M. Legault ajoutera une condition qui n’existe pas dans le programme actuel : « ça ne s’appliquera pas au cannabis », a-t-il précisé en fin de journée. « C’est pour les producteurs maraîchers. »

 

À l’heure actuelle, le programme de rabais est prévu pour des « projets d’investissement réalisés au Québec dans une serre dont l’activité principale est de nature commerciale ou génère des revenus agricoles », indique le site Internet du ministère.

 

Achat local

Autrement, le plan caquiste vise à ce que les organismes publics — notamment les écoles et les hôpitaux — offrent plus de nourriture québécoise à leurs clientèles.

 

La CAQ veut établir une « cible minimale d’approvisionnement en produits locaux » pour toutes les institutions publiques au Québec. Mais cette cible sera établie plus tard, a dit François Legault en point de presse dans une serre.

 

« Actuellement, on n’a pas le portrait de chaque établissement public pour ce qui est de la consommation de produits locaux, notamment dans les hôpitaux et les local, a dit M. Legault. La CAQ va demander au ministère de faire le portrait, et de fixer des cibles à chaque établissement public : les réseaux, les ministères, les hôpitaux, les écoles. »

 

Et pour que les producteurs maraîchers puissent adapter leur offre et répondre à la demande, la CAQ promet une aide aux producteurs agricoles transformateurs alimentaires. Pour l’ensemble du plan sur l’achat local, la CAQ calcule un investissement de 12 millions sur quatre ans.

 

Finalement, huit millions seraient investis dans le soutien à la production de fruits et de légumes. On évoque ici la mise en place d’un programme de soutien dédié à l’accroissement de la production maraîchère, avec la Financière agricole comme partenaire.