QS s'attaquera à la crise forestière en modifiant le Code du bâtiment

Québec solidaire voudrait que tout bâtiment non résidentiel au Québec ait des infrastructures en bois.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Québec solidaire voudrait que tout bâtiment non résidentiel au Québec ait des infrastructures en bois.

Pour lutter contre la crise forestière, Québec solidaire (QS) modifiera le Code du bâtiment pour rendre obligatoire l'utilisation de bois dans la structure de toutes les nouvelles constructions non résidentielles.

« L'obsession pour l'économie d'exportation a fait en sorte qu'on a rendu notre industrie forestière extrêmement dépendante du marché américain. Quand le président [Donald] Trump se réveille un matin et qu'il est de mauvaise humeur, bien c'est notre monde ici [au Québec] qui perd leurs jobs », a fait valoir Manon Massé, candidate solidaire au poste de première ministre. Mme Massé a rappelé qu'actuellement, la moitié du marché du bois est destinée aux États-Unis.

La formation avait déjà fait connaître son engagement en 2017, mais cette fois QS a profité de son passage dans le secteur de Buckingham, à Gatineau, pour détailler sa vision.

« La forêt couvre plus de 90% du territoire de l'Outaouais. L'industrie du bois date du début du XIXe siècle [...] Malheureusement, l'industrie meurt à vue d'oeil. De 2004 à 2010, le nombre d'emplois a chuté de 63 % dans les usines de pâtes et papier et de 56 % dans les usines de sciage », a déploré Mélanie Pilon-Gauvin, candidate solidaire dans la circonscription de Papineau.

QS entend augmenter la part du marché du bois, qui est actuellement de 28 %, pour atteindre éventuellement 80 %.

« C'est clair qu'on n'y arrivera pas dans un seul mandat, [...] mais en imposant dans le Code du bâtiment que désormais tout bâtiment qui n'est pas résidentiel au Québec doit avoir des infrastructures en bois, on vient de se donner les outils pour atteindre ce 80 % », a assuré Mme Massé.