Le PLQ promet à son tour l'accès à Internet pour toutes les régions

Le PLQ s'engage à brancher 90 % des Québécois à des services Internet fixes à très haut débit.
Photo: Djordje Rusic Getty Images Le PLQ s'engage à brancher 90 % des Québécois à des services Internet fixes à très haut débit.

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, promet d’accélérer le déploiement d’Internet haute vitesse afin que « les régions [soient] 100 % branchées » d’ici 2020.

C’est deux ans plus tôt que l’échéancier proposé par la Coalition avenir Québec et Québec solidaire, mais plus de 10 ans après celui fixé par l’ex-premier ministre libéral Jean Charest en 2003.

Le PLQ s’engage aujourd’hui à brancher plus de 90 % des Québécois à des services Internet fixes à très haut débit — au moins 100 mégabits par seconde en téléchargement et 20 mégabits par seconde en téléversement — au cours des deux prochaines années. Les autres auront accès à des services Internet haut débit, c’est-à-dire au moins 50 Mb/s en téléchargement, a promis Philippe Couillard lors d’une annonce aux îles de la Madeleine, lundi.

Pour y arriver, le premier ministre s’engage à ajouter 200 millions aux investissements de 300 millions sur 5 ans déjà annoncés. Les sommes seront disponibles « immédiatement » dans le cadre du programme Québec branché, a-t-il fait remarquer. Le programme Québec branché vise à développer les infrastructures numériques tout en favorisant des projets de téléphonie cellulaire pour les régions mal ou non desservies.

Ministre des Régions

D’autre part, Philippe Couillard s’engage à désigner un ministre des Régions et de la Vitalité du territoire au sein de son gouvernement, s’il est réélu le 1er octobre prochain. Celui-ci sera notamment chargé d’accélérer le développement d’« infrastructures numériques performantes ».

Le PLQ envisage aussi de confier à un organisme sans but lucratif (OSBL) la mise sur pied des infrastructures numériques — des tours par exemple — sur lesquelles les fournisseurs d’Internet pourraient par la suite s’appuyer.

« Toutes nos régions doivent pouvoir bénéficier des nouvelles technologies pour soutenir leur développement économique et social, retenir les jeunes et attirer de nouveaux travailleurs pour assurer leur vitalité. En 2018, nous ne pouvons plus accepter que des Québécoises et des Québécois ayant choisi de vivre dans une région rurale ne puissent avoir accès à Internet haute vitesse et à un réseau de téléphonie cellulaire efficace », a fait valoir M. Couillard, lors du premier arrêt de sa tournée en Gaspésie.

Impression de déjà entendu

La promesse du jour du PLQ « pour faciliter la vie des Québécois » n’est pas sans rappeler le premier discours prononcé par Jean Charest à l’Assemblée nationale au lendemain de sa victoire aux élections générales de 2003. « Avant la fin de ce mandat, des connexions Internet à haute vitesse seront disponibles dans toutes les régions du Québec. L’économie du savoir n’est pas incompatible avec l’économie du terroir », avait-il fait valoir il y a plus de 15 ans. « Et faut-il rappeler aussi que cette question d’être connecté, d’avoir accès à l’Internet haute vitesse, c’est aussi important aujourd’hui, en 2003, que jadis l’accès à l’hydroélectricité l’a été, ou l’accès au téléphone », avait-il ajouté.