Québec solidaire promet l’accès à Internet pour tous

Manon Massé, la candidate de Québec solidaire au poste de première ministre
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Manon Massé, la candidate de Québec solidaire au poste de première ministre

Pour garantir l’accès à Internet aux Québécois de partout dans la province, Québec solidaire (QS) veut créer « Réseau Québec » une société d’État qui concurrencera le « cartel des télécoms » et offrir des tarifs 30 % moins chers que ceux en vigueur actuellement.

« Aujourd’hui, nous avons une mauvaise nouvelle, une mauvaise nouvelle pour le cartel des télécoms qui s’est bien foutu de notre gueule comme on dit en bon québécois », a lancé Manon Massé, candidate solidaire au poste de première ministre.

De passage dimanche à Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue, où l’accès à Internet est limité dans plusieurs secteurs, QS a dévoilé à son tour son plan pour brancher tous les Québécois à un réseau rapide, efficace et abordable.

QS s’engage dans un premier mandat à créer Réseau Québec, dont le mandat sera d’installer un réseau public de fibre optique partout au Québec en commençant par les régions mal desservies. Cette nouvelle société d’État sera également responsable du déploiement de la technologie cellulaire sans fil 5G. À terme, il s’agira d’un investissement de 2,5 milliards de dollars, selon QS.

« Les entreprises privées ont échoué et le gouvernement n’a plus le choix d’intervenir […] les fournisseurs locaux sont donc dépendant de quelques grands joueurs », a déploré Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de QS.

Le modèle proposé par QS ne « sort pas de notre chapeau », plaide la formation politique.

« Ce modèle-là […] il existe pas plus loin qu’en Saskatchewan où il y a une société d’État, SaskTel, qui dessert des centaines de milliers de clients et arrive même à garantir une connexion LTE rapide dans les régions rurales pour deux fois moins cher que la moyenne canadienne », a fait valoir M. Nadeau-Dubois.

Plus tôt cette semaine, la Coalition avenir Québec (CAQ) a promis de son côté offrir d’ici 2022, partout au Québec, un accès Internet haute vitesse, de même qu’une couverture cellulaire large bande. Un gouvernement Legault investirait 400 millions sur quatre ans pour finir de brancher le Québec. Cette somme s’ajouterait aux 400 millions déjà prévus par le gouvernement Couillard dans le cadre du programme Québec branché.

Un programme fédéral — Branché pour innover — offre lui aussi des fonds. Le dernier budget Morneau prévoyait d’ailleurs 500 millions sur cinq ans pour améliorer l’accès à Internet haute vitesse à l’échelle du pays.

Rappelons qu’en 2016, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) établissait que l’accès à Internet est un service essentiel.

Le parti veut créer une société d’État pour réaliser sa promesse.