QS présente son plan de transition pour mettre fin au financement public des écoles privées

Le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois

Le controversé dossier du financement public des écoles privées est ramené à l’ordre du jour par Québec solidaire (QS) qui a présenté samedi son plan de transition pour y mettre fin.

« À Québec solidaire, pas de vœu pieux, pas de demi-mesure, juste le courage politique de faire ce que la vieille classe politique a refusé de faire depuis 30 ans et ce qu’elle refuse toujours de faire », a plaidé Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de QS.

En février dernier, QS avait déjà montré ses couleurs en annonçant qu’un gouvernement solidaire rapatrierait, dès son premier mandat, l’ensemble du financement public actuellement versé aux écoles privées dans les écoles publiques.

« Les élèves qui ne passent pas le test des notes et du portefeuille, les élèves qui vivent des difficultés d’apprentissage, les élèves qui vivent dans une région qui n’a pas d’écoles privées, c’est eux qui sont pénalisés », a renchéri Manon Massé, candidate au poste de première ministre.

Le parti a profité de son passage à Val-d’Or, en Abitibi-Témiscamingue, où il n’y a aucune école privée, pour dévoiler son plan de match pour y parvenir.

« Les parents de l’Abitibi-Témiscamingue, eux, ils n’ont pas de choix, parce qu’il n’y en a pas d’écoles privées. Ça veut dire que l’argent, les taxes et les impôts d’ici dans la région servent à financer des écoles privées qui sont à Montréal et à Québec », a souligné M. Nadeau-Dubois.

QS s’engage à mettre sur pied un bureau de transition dont le mandat s’échelonnera sur quatre ans.

« Il faut donner aux écoles privées et à leurs communautés le temps de s’adapter. Ce quatre ans va permettre aux écoles privées de faire leur choix, à consulter les parents, le personnel, leur communauté et à décider s’ils souhaitent rester dans le secteur privé, qui va devenir non subventionné ou à intégrer le réseau public », a expliqué M. Nadeau-Dubois.

Actuellement, ce sont 12 % des élèves qui fréquentent les écoles privées, soit environ 120 000 jeunes. De ce nombre, 14 000 élèves sont déjà inscrits dans des écoles 100 % privées, c’est-à-dire qu’elles ne reçoivent aucune aide de l’état. Après sa réforme, QS estime qu’ils seraient environ 5 %. Cette mesure permettrait toujours selon les solidaires de réaliser des économies de près de 100 millions $, qui seraient réinvesties dans l’éducation. D’ailleurs, une autre annonce sur les réinvestissements en éducation est à venir a indiqué QS.

« Nous ne faisons pas le procès des parents qui choisissent le privé pour leurs enfants. C’est normal après tout de vouloir ce qu’il y a de mieux pour ses enfants. Ce qui est anormal, c’est que "meilleur" rime trop souvent avec privé », a fait valoir M. Nadeau-Dubois, qui a lui-même fréquenté une école privée pour ses études secondaires.

Mauvaise solution

Les autres partis de l’Assemblée nationale estiment que la proposition de QS n’est pas une solution pour remédier à l’inéquité de l’enseignement public et privé.

« Non, on n’a pas cet objectif-là [d’abolir le financement des écoles privées], parce qu’il y a un consensus au Québec sur le choix. Ce qui est important pour nous, c’est l’équité entre le service public et le service privé », a fait valoir Jean-François Lisée, chef du Parti québécois.

Le PQ est d’avis qu’il faut s’assurer de mieux encadrer le système privé.

« Nous on veut que chaque enfant ait une égalité des chances. Donc, les écoles privées qui veulent être élitistes, sélectionner, ne pas avoir d’enfants en difficulté seront pénalisées parce qu’elles ne satisfont pas aux objectifs d’équité et d’égalité des chances du Parti québécois », a ajouté M. Lisée.

En 2017, le ministre libéral de l’Éducation, Sébastien Proulx, avait pris la défense de l’école privée. QS avait à l’époque déposée une motion à l’Assemblée nationale pour mettre fin au financement public des écoles privées. M. Proulx avait insisté sur la « liberté de choix » des parents qui optent pour le privé.

La CAQ s’était également positionnée contre la proposition des solidaires.

Échéancier de transition

- An 1 : Mise sur pied d’un Bureau de transition. Un gouvernement solidaire expliquera à la population, aux parents et aux administrateurs d’établissements privés quelles sont leurs options

- An 2 : Début des négociations avec les établissements privés souhaitant intégrer le système public.

- An 3 : Adoption d’un protocole avec les établissements et début des premières transitions vers le public

- An 4 : Fin des subventions aux écoles privées.