Québec solidaire en quête du nécessaire équilibre

La co-porte-parole Manon Massé et le candidat Alexandre Leduc (à droite) ont visité les membres de Québec solidaire dans la circonscription de Hochelaga-Maisonneuve pour amorcer leur campagne.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir La co-porte-parole Manon Massé et le candidat Alexandre Leduc (à droite) ont visité les membres de Québec solidaire dans la circonscription de Hochelaga-Maisonneuve pour amorcer leur campagne.

Après une semaine de tournée, la plus grande campagne de l’histoire de Québec solidaire tarde à décoller, selon le dernier sondage Léger-Le Devoir-The Gazette. La formation politique, qui avait jusqu’à la dissolution de l’Assemblée nationale trois députés, souhaite tout de même agrandir ses rangs. Mais en concentrant ses activités de campagne dans des secteurs très nichés, QS peut-il vraiment réussir la percée tant espérée ?

« Manon, Manon, Manon », les cris de quelque 200 militants résonnaient jusqu’à l’extérieur du local électoral que se partageaient les candidats de QS dans la région de la Capitale-Nationale jeudi soir dernier. L’accueil réservé à la candidate solidaire au poste de première ministre est digne des plus grands rassemblements montréalais de la formation politique, qu’on accuse souvent d’être le parti de la métropole.

« Quand on dit que Québec solidaire est un parti montréalais, vous êtes la preuve que c’est un mensonge », lance Manon Massé à la foule. En effet, c’est dans Taschereau, à Québec, que QS compte le plus de membres. Ils sont 922 pour être exact. QS entend y faire une percée avec le départ de la députée péquiste sortante Agnès Maltais. Depuis plusieurs mois, Catherine Dorion, une des candidates vedettes de QS, fait campagne pour ravir un premier siège hors Montréal.

Toutefois, les cortèges de l’ampleur de ce rassemblement se feront rares pour le reste de la première semaine de tournée. Si les engagements de QS en matière d’environnement, d’économie et de santé se distinguent de ceux des « vieux partis » — comme aime les qualifier Mme Massé —, ils s’adressent souvent à des « convaincus », soutient André Lamoureux, politologue et chargé de cours à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les candidats solidaires Gabriel Nadeau-Dubois, Vincent Marissal et Andrés Fontecilla

« QS a une chance historique et ça ne lève pas. […] Cette faiblesse est d’abord tributaire de ses orientations générales », soutient M. Lamoureux. « Les activités qu’il privilégie s’adressent à des gens convaincus, dans des milieux qui sont les siens », ajoute-t-il.

Tournée d’entreprises d’économie sociale, visite d’une microbrasserie, rencontre avec des agriculteurs bio, les activités à l’agenda de Manon Massé et de Gabriel Nadeau-Dubois n’auront souvent rassemblé que quelques dizaines de personnes.

Lors de ses sorties de presse, le duo solidaire a proposé jusqu’à présent d’interdire les voitures à essence dès 2030, de rouvrir l’entente avec les médecins spécialistes pour baisser leur salaire de 12 %, de respecter l’objectif de protection des milieux marins de 10 % d’ici 2020, puis finalement d’établir une politique nationale de biomasse québécoise.

« Cette stratégie électorale ne permettra assurément pas au parti de se hisser jusqu’aux banquettes du pouvoir ni jusqu’à celles de l’opposition officielle. Mais c’est sans doute la meilleure stratégie pour alimenter les forces citoyennes qui se reconnaissent dans les milieux que les “populaires” visitent », note Félix Mathieu, chargé de cours et doctorant en science politique à l’UQAM et membre de la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes.

Durant le long congé de la fête du Travail, QS mise sur la région de l’Abitibi-Témiscamingue. Les candidats solidaires y ont prévu notamment le dévoilement de leur plan pour assurer un accès à Internet à bas prix pour tous les Québécois.

QS parmi les grands

Dans la dernière semaine, QS a notamment fait un arrêt à Bécancour pour appuyer les employés de l’aluminerie ABI en lockout depuis janvier dernier.

Dans un discours enflammé qui rappelait ceux qu’il livrait lors du Printemps étudiant de 2012, Gabriel Nadeau-Dubois a réitéré sa solidarité aux travailleurs d’ABI.

« Merci, avec vous autres, on se sent plus forts. Moi, mon choix est sans équivoque Québec solidaire », glisse François Ayotte en serrant la main de Gabriel Nadeau-Dubois.

Si tous apprécient la présence des solidaires, leur choix n’est pas aussi clair que celui de leur collègue. « Leurs idées sont intéressantes, mais je n’ai pas encore décidé », confie un travailleur.

Le discours de QS ne rejoint peut-être pas encore tout le « peuple » que veut défendre la formation politique, mais celle-ci est désormais considérée comme un grand parti.

Manon Massé, tout comme les trois autres chefs, fait partie des invités des nombreux festivals, manifestations et événements publics à travers la province.

La stratégie électorale de QS ne lui permet pas d’élargir son bassin d’électeurs, estime toutefois M. Lamoureux. Après répartition des indécis, le tableau des intentions place jusqu’à maintenant la formation au dernier rang des principaux partis.

« À court terme, pour QS, imiter la stratégie électorale des trois autres grands partis en visitant plutôt de grandes fermes ou des entreprises multinationales, par exemple, risquerait de leur aliéner leur base militante, de déplaire à leur clientèle cible, alors qu’il serait très étonnant que cela parvienne à convaincre des électeurs du PQ, de la CAQ et des libéraux de voter pour eux », souligne toutefois M. Mathieu.

Sur le long terme, il serait toutefois mal avisé pour QS de répéter systématiquement ce genre de campagne, prévient-il. « Si le parti souhaite sortir de la marginalité politique pour frapper aux portes du pouvoir, il lui faudra alors trouver le moyen d’équilibrer ses initiatives pour ratisser le plus largement possible, sans jamais que les liens qui les unissent à leur base militante se brisent. »

Par ailleurs, rappelle M. Mathieu, sa base militante devra grossir encore davantage, et c’est le 1er octobre prochain qu’on saura si QS sera parvenu à atteindre cet équilibre nécessaire.