Propos islamophobes d'un candidat: le PQ dans l’embarras

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Le Parti québécois vient de mettre à l’écart son candidat dans Drummond–Bois-Francs après avoir découvert que ce dernier avait tenu des propos islamophobes sur les réseaux sociaux.

Pierre Marcotte, qui a été investi dans la semaine du 21 août, affiche notamment sur sa page Facebook d’anciennes illustrations du Front national et d’autres du groupe identitaire La Meute.

L’homme a été invité à se retirer au cours des dernières heures après qu’un blogueur du nom de Xavier Camus eut exposé des publications controversées de M. Marcotte sur le Web.

C’est la seconde fois que le Parti québécois est mis dans l’embarras par un candidat, après la mise à l’écart en mai de la candidate Muguette Paillé pour des raisons similaires.

Invité à commenter cette affaire, le chef Jean-François Lisée s’est dit très mécontent. « J’ai été de très mauvaise humeur ce matin quand j’ai appris ça », a-t-il déclaré en marge d’une annonce sur les congés parentaux à Nicolet. « J’ai reçu les excuses du directeur général du parti ce matin. Il y a quelqu’un qui n’a pas fait son travail. […] Ce qui est important, c’est que ce monsieur n’est pas candidat du Parti québécois. »

À un journaliste anglophone qui lui demandait ce que lui inspiraient certains propos de M. Marcotte, il a rétorqué, en anglais, « du dégoût ».

« Nous sommes en désaccord fondamental avec certaines de ses opinions. Nous considérons que l’islam est une religion aussi respectable que les autres, a-t-il aussi affirmé. C’est la radicalité d’une frange religieuse qui pose problème. »

Seul aspirant candidat dans sa circonscription, M. Marcotte n’était techniquement pas encore officiellement candidat, fait-on valoir au Parti québécois, puisqu’il n’avait pas encore obtenu l’aval du comité exécutif de la circonscription désormais privée de candidat péquiste.