Fonction publique: Legault met «de l’eau dans son vin»

Le chef caquiste a visité les installations d’une entreprise de haute technologie sise dans la ville de Québec, mardi.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le chef caquiste a visité les installations d’une entreprise de haute technologie sise dans la ville de Québec, mardi.

François Legault a choisi de « mettre de l’eau dans [le] vin » du programme de la CAQ : la formation propose ainsi maintenant d’abolir 5000 postes dans la fonction publique, soit quatre fois moins qu’il y a quatre ans.

C’est donc à un régime minceur amaigri que la Coalition avenir Québec entend soumettre la machine de l’État si elle remporte les élections. En décembre 2014, la CAQ proposait de couper 22 000 postes dans la fonction publique, et ce, d’ici 2022. Cette année, on s’engage plutôt à ne pas remplacer 5000 employés « administratifs » d’ici quatre ans.

La CAQ estime qu’elle ferait là des économies de 380 millions. En plus d’un engagement déjà connu et réitéré mardi — économiser 800 millions en regroupant des services informatiques et en réduisant de 10 % les coûts d’approvisionnement en biens et services du gouvernement —, le parti de François Legault promet de réduire les dépenses de l’État de près de 1,2 milliard d’ici la fin d’un premier mandat.

Et cela, dit-on, sans « diminuer l’offre et la qualité des services aux citoyens ». « On pense qu’actuellement, il y a trop de personnes, quand on regarde le ratio bureaux vs les gens qui donnent du service, a soutenu M. Legault. Il y a des ministères où il y a trois, quatre couches de gens qui supervisent des superviseurs eux-mêmes. »

Il vise ainsi des « gens qui écrivent des rapports à d’autres gens qui écrivent des rapports qui finalement mettent en application les budgets étiquetés de façon détaillée par les ministres à Québec. »

Mais tout cela relève de la fumisterie, estime plutôt Christian Daigle, président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec. « Je n’y crois pas, a-t-il dit dans le lobby de l’hôtel où la CAQ a tenu son point de presse. Tout le monde donne des services à la population d’une façon directe ou indirecte. Prenons l’aide sociale : ça prend du monde en arrière pour préparer les documents, les choses. L’inspecteur en environnement qui va faire inspection, ça prend quelqu’un au bureau qui va écrire et faire la planification. »

Dans une lettre ouverte envoyée mardi, quatre associations de cadres de l’administration publique québécoise se demandent aussi comment on peut « dans un contexte de croissance et de nouveaux besoins [...] envisager l’abolition de postes d’employés de l’État » tout en affichant « de nombreuses ambitions, notamment pour la santé et l’éducation ». En écho à M. Daigle, elles écrivent que « la notion de services directs à la population mérite d’être clarifiée ».

François Legault fait valoir que les 5000 emplois visés représenteraient « 1 % du total des employés », ce qui serait « tout à fait raisonnable », pense-t-il. Selon les chiffres du Conseil du trésor, il y avait en 2017-2018 quelque 481 000 employés dans les ministères et les organismes des réseaux du secteur public et des sociétés d’État.

M. Legault a passé la journée de mardi à Québec, où la CAQ a de gros espoirs pour le 1er octobre. « Les gens de Québec connaissent des gens qui travaillent dans la fonction publique et qui sont le plus à même de constater qu’il y a du gaspillage », croit-il.

En chiffres

7 avril 2014 Élection des libéraux de Philippe Couillard. En novembre, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, impose une réduction de 2 % des effectifs de la fonction publique pour un total de 1150 postes : « Nous allons rénover l’État. Nous allons mettre en place des actions structurantes qui auront un impact sur l’avenir. Nous allons nous doter d’un État du XXIe siècle », affirme M. Coiteux.
 
5 décembre 2014 Réagissant à la hausse des taxes et des tarifs de la politique de « rigueur » du gouvernement Couillard, le chef de la CAQ, François Legault, préconise plutôt l’abolition de 22 000 postes du côté des employés de l’État. « Il faut être courageux », dit-il en évoquant des économies anticipées de 2,3 milliards de dollars.
 
4 juin 2015 Martin Coiteux présente le premier dénombrement exhaustif des employés de l’État. « Il y a combien de personnes qui travaillent pour l’État québécois ? Question, en apparence, fort simple, mais qui s’est avérée fort compliquée », explique le président du Conseil du trésor. La réponse : 494 528 fonctionnaires en « équivalents temps complet » (ETC).
 
28 août 2018
En campagne électorale, François Legault s’engage à réduire le nombre de postes administratifs en ne remplaçant pas 5000 des 36 000 fonctionnaires qui partiront à la retraite d’ici quatre ans, soit 1 % des effectifs de la fonction publique.

Les effectifs au sein de la fonction publique québécoise
2014-2015 476 696
 
2015-2016 468 597
 
2016-2017 473 121
 
2017-2018 481 982