Le PLQ promet des écoles «du XXIe siècle»

Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Philippe Couillard

Le Parti libéral du Québec promet d’accélérer le « grand chantier » de rénovation des écoles vétustes au Québec en injectant 400 millions de dollars supplémentaires par année, au cours des 10 prochaines années, pour construire, agrandir et rénover des établissements d’enseignement du « XXIe siècle ». Parole de Philippe Couillard: il n’y aura plus d’écoles vétustes en 2030.

Cette somme s’ajoute au 1,8 milliard apparaissant dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) 2019-2029, c’est-à-dire 965 millions pour la rénovation, 608 millions pour l’agrandissement d’écoles et 212 millions pour déployer le Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur par année.

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, avait pourtant indiqué, en mars dernier, que le PQI, qui comprend des projets totalisant plus de 100 milliards de dollars, avait atteint «sa limite». M. Couillard la relève, car «les rentrées d’argent au gouvernement vont tellement bien parce que l’économie est florissante».

Pas moins de 55 % des écoles primaires sont dans un mauvais état (36 %) ou très mauvais état (19 %), tandis que 47 % des écoles secondaires sont vétustes, selon le plus récent état des infrastructures scolaires du ministère de l’Éducation.

Tous les projets de construction ou d’agrandissement s’inscriront dans le programme Lab-École, précise le PLQ. En 2018, 50 projets d’agrandissement d’écoles ont été annoncés. À peine sept d’entre eux faisaient partie du programme Lab-École.

« Nous souhaitons avoir les plus belles écoles du monde », a affirmé le chef du PLQ, Philippe Couillard, à Yamachiche mardi. « Nous vivons aujourd’hui au rythme d’une quatrième révolution industrielle celle des technologies, d’intelligence artificielle et du numérique. Nous devons tous travailler ensemble pour faire de l’éducation le levier de cette nouvelle ère numérique au Québec en préparant la prochaine génération de jeunes Québécoises et Québécois. »

Le PLQ réitère aussi son engagement à faire bouger les jeunes tout d’abord en aménageant, au cours des quatre prochaines années, des gymnases dans la trentaine d'écoles ne disposant toujours pas d’un tel espace à l’heure actuelle. Un nouveau gouvernement libéral contraindra les directions d’écoles à inscrire 60 minutes d’activité physique dans leur grille horaire quotidienne. Quelque 400 écoles sur 1600 ont déjà 60 minutes d’activité physique à leur programme.

« Les examens en éducation physique au primaire seront abolis pour transmettre à tous les jeunes de bouger », a aussi annoncé M. Couillard mardi matin. «Il faut que le sport égale plaisir plutôt que stress. Pourquoi un examen pour différencier les enfants et nuire à leur estime d’eux-mêmes?»

D’autres détails suivront.