Le PLQ promet du renfort professionnel dans les classes

Les services de garde éducatifs à l’enfance seront gratuits pour les enfants âgés de quatre ans, a aussi promis M. Couillard en marge de la rentrée scolaire 2018-2019.
Photo: iStock Les services de garde éducatifs à l’enfance seront gratuits pour les enfants âgés de quatre ans, a aussi promis M. Couillard en marge de la rentrée scolaire 2018-2019.

Le Parti libéral du Québec promet d’envoyer des renforts aux enseignants de maternelle et de première année du primaire. Chacun d’entre eux pourra compter sur un technicien en éducation spécialisée, un orthopédagogue, un orthophoniste, un psychologue ou un autre enseignant, a promis Philippe Couillard dans la cour de l’école Hébert, à Saint-Félicien, lundi.

Il souscrit ainsi à l’objectif fixé par le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, au printemps 2017. « Là, pour la première fois, on met un chiffre au bout. C’est un engagement formel », a-t-il souligné sous un soleil de plomb. Le financement du réseau d’éducation sera haussé jusqu’à 384 millions de dollars par année pour y arriver. « Ce n’est pas rien. »

S’il était réélu, M. Couillard donnerait le feu vert à l’embauche de quelque 5600 personnes au cours des cinq prochaines années, a-t-il indiqué. Celles-ci s’ajouteront aux 8500 ressources embauchées dans les écoles au cours des dernières années. « C’est un défi avec la pénurie de main-d’œuvre », a convenu le premier ministre sortant. « On en est conscients. Mais étant donné qu’on parle de diverses catégories de personnel, et non seulement d’enseignants, c’est réaliste », a-t-il fait valoir.

Le chef libéral a aussi annoncé l’instauration d’un cours anglais intensif dans de nouvelles classes de 5e et 6e année dans les écoles primaires qui le demandent. En 2016-2017, 285 écoles sur 1646 offrent un tel programme contre 236 écoles sur 1621 en 2013-2014, selon le gouvernement québécois.

Par ailleurs, le chef libéral s’engage à « placer » les jeunes « en situation d’apprentissage » — c’est-à-dire des cours, des formations, des stages — jusqu’à 18 ans ou encore jusqu’à l’obtention d’un premier diplôme ou d’une première qualification.

Gratuits pour les 4 ans

Les services de garde éducatifs seront gratuits pour les enfants âgés de quatre ans dès septembre 2019, a aussi promis M. Couillard, évaluant la note à assumer par l’État québécois à 250 millions de dollars.

Le chef libéral s’engage par ailleurs à octroyer « plus de soutien, plus d’argent, plus de matériel » aux centres de la petite enfance (CPE), aux garderies privées subventionnées et aux services de garde en milieu familial. Ces services de garde éducatifs proposeront un « programme éducatif bonifié » aux enfants qui y sont inscrits. Ce faisant, il cherche à diminuer l’attrait suscité par la promesse de la Coalition avenir Québec d’instaurer la maternelle 4 ans gratuite, non obligatoire, pour tous les enfants de cet âge. « Même si on voulait, avec un coup de baguette magique, avoir des maternelles quatre ans partout au Québec ça n’arrivera pas avant de nombreuses années », a soutenu Philippe Couillard. « Dès maintenant, on est capables de dire à tous les parents : votre enfant de quatre ans va avoir un programme éducatif comparable, qu’il soit dans un service de garde éducatif ou dans une maternelle quatre ans. »

Enfin, le PLQ compte retirer des mains du ministère de la Famille la coordination des services de garde éducatifs pour la confier au ministère de l’Éducation.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a accueilli l’annonce libérale avec un commentaire désabusé. « On a un gouvernement, un premier ministre, qui a mis à la porte 300 orthophonistes, techniciens en éducation, qui a poussé à l’épuisement professionnel des milliers d’enseignants, et qui pense qu’on va le croire maintenant qu’il dit qu’il va mettre plus de ressources ? », a-t-il lâché. « Ben, t’avais quatre ans pour le faire, tu as fait le contraire. On ne te croit plus. Touches-y pu à l’éducation, on va s’en occuper, nous autres. »

Avec Marie-Michèle Sioui