Prématernelles: 50 000 places libérées en garderie, pense la CAQ

La CAQ inclut dans son calcul de 50 000 places les 5600 places de garderie qu’elle avait déjà promis de créer.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir La CAQ inclut dans son calcul de 50 000 places les 5600 places de garderie qu’elle avait déjà promis de créer.

La promesse (connue) de la Coalition avenir Québec (CAQ) d’instaurer la prématernelle 4 ans gratuite pour tous les enfants devrait permettre de « libérer 50 000 places en garderie » à contribution réduite, a soutenu François Legault samedi.

« On a calculé que ça va libérer 50 000 places en garderie : un gouvernement de la CAQ, c’est donc 50 000 places de plus en garderie », a fait valoir le chef caquiste devant quelques centaines de militants réunis dans un hôtel de Boucherville en après-midi — un premier grand rassemblement partisan pour les troupes caquistes, qui en tiennent traditionnellement beaucoup moins que leurs deux principaux adversaires.

La CAQ inclut dans son calcul de 50 000 places les 5600 places de garderie qu’elle avait déjà promis de créer.

L’engagement de la CAQ à offrir des prématernelles 4 ans pour tous d’ici cinq ans est connu depuis plusieurs années. Son coût serait de 311 millions, affirme la CAQ. Celle-ci n’avait toutefois jamais indiqué combien de places cela pourrait permettre de libérer en garderie.

Mais le chiffre demeure une estimation : ces prématernelles « gratuites et disponibles pour tous les enfants de quatre ans » seront non obligatoires. Les 50 000 participants relèvent donc d’une hypothèse où 90 % des parents d’enfants de quatre ans choisiront ce modèle. C’est la « consultation de plusieurs experts » et l’observation de ce qui s’est passé en Ontario qui a permis d’établir cette cible, a indiqué M. Legault en point de presse.

Déjà, en mai, M. Legault avait affirmé que la création de ces prématernelles permettrait de faire en sorte « qu’il ne manquera plus de places dans les garderies ». Ils sont actuellement environ 40 000 enfants en attente d’une place à tarif réduit.

« En Ontario, ils ont mis en place ces maternelles, et ils ont augmenté les taux de diplomatie, a observé M. Legault samedi. Ils ont aussi réussi à le faire en cinq ans. Pourquoi ce ne serait pas possible au Québec ? »

Concernant la formation des futurs enseignants, François Legault dit souhaiter un modèle où les éducatrices en garderie pourraient profiter d’une formation accélérée pour obtenir le droit d’enseigner aux enfants de quatre ans.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, s’est présenté devant la presse en soirée samedi pour dénoncer le caractère irréaliste, selon lui, de la promesse caquiste. Il a rappelé le contexte de pénurie de main-d’œuvre enseignante et souligné l’utilisation accrue, par les écoles, de roulottes dans lesquelles s’entassent les élèves.

 

Si la CAQ souhaite libérer 50 000 places en garderie, alors elle devra prévoir la création de 2750 classes supplémentaires, a calculé le chef péquiste, en divisant le nombre de 50 000 par celui de 18, équivalant au nombre d’élèves pouvant se trouver dans une classe de prématernelle. Or « nos écoles primaires sont bondées » et « il faut déjà investir pour les agrandir juste pour qu’elles ne soient pas en surcapacité », a-t-il souligné.

Dépister

La CAQ pense que d’offrir la prématernelle 4 ans permettra de « dépister plus tôt d’éventuels troubles d’apprentissage chez les jeunes enfants et de leur offrir des services de soutien. » On estime qu’un enfant sur cinq souffre d’un trouble d’apprentissage au Québec. « Ce sont eux qui sont le plus à risque de décrocher une fois adolescents », souligne la CAQ.

La formation juge que la politique actuelle envers les prématernelles 4 ans — qui sont offertes à un peu plus de 4300 enfants de milieux défavorisés, un nombre qui passera à 6000 cet automne — rate une partie importante de la cible : 60 % des enfants vulnérables ne viennent pas d’un milieu défavorisé.

François Legault a profité de l’événement de samedi pour rappeler que « Philllipe Couillard avait promis de ne pas augmenter les tarifs de garderie [en 2014]. On connaît la suite : il a renié sa promesse et les parents ont été frappés de plein fouet par une taxe famille. M. Couillard a infligé aux parents un choc fiscal : maintenant, c’est aux parents d’infliger à M. Couillard un choc électoral. »

Il a réitéré son intention d’abolir la « taxe famille » — ce qui représente quelque 160 millions.

Avec Marie-Michèle Sioui

En chiffres:

- 91 000 enfants de quatre ans au Québec

- 301 000 places en garderie

- CPE : 32 % des places de service de garde

- Garderie en milieu familial : 30 %

- Garderies privées subventionnées : 16 %

- Garderies privées non-subventionnées : 22 %