Un peu de privé dans les Maisons des aînés de Legault

Samedi, François Legault a réitéré que «les aînés vont continuer de payer le même tarif qu’actuellement. Il n’est pas question de demander plus d’argent à qui que ce soit de plus».
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Samedi, François Legault a réitéré que «les aînés vont continuer de payer le même tarif qu’actuellement. Il n’est pas question de demander plus d’argent à qui que ce soit de plus».

Le secteur privé aura sa place dans les Maisons des aînés, ce modèle de résidences que propose François Legault pour remplacer progressivement les CHSLD.

« On va regarder qui est disponible pour faire des projets, quels sont les projets au meilleur coût-bénéfice, et on va s’assurer d’avoir un minimum de qualité, a indiqué le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) samedi matin à Saint-Amable (Verchères). Il va y en avoir des [Maisons des aînés] publiques, il va y en avoir des publiques-privées. »

Vendredi, M. Legault avait présenté un premier engagement de campagne : le remplacement graduel des CHSLD (« que tout le monde redoute », selon la CAQ) par des Maisons des aînés, un projet qui s’étalerait sur 20 ans.

Les maisons des aînés seraient de « petites unités de vie, climatisées, de 70 à 130 personnes », avec des « aires de circulation sécuritaires et verdoyantes où il fera bon vivre », avec aussi un « personnel assez nombreux pour avoir le temps de bien s’impliquer avec les résidents ». Les soins offerts dans les maisons des aînés seraient semblables à ceux des CHSLD, mais bonifiés. « C’est l’environnement qui changera, a dit le chef caquiste vendredi. Mais on veut aussi ajouter aux soins, les individualiser. »

Samedi, M. Legault a réitéré que « les aînés vont continuer de payer le même tarif qu’actuellement. Il n’est pas question de demander plus d’argent à qui que ce soit de plus ».

On demanderait donc quoi au privé ? « C’est comme une clinique privée, mais qui est en partie subventionné et en partie publique puisque les services sont garantis », a répondu M. Legault.

Il existe déjà dans le réseau des CHSLD privés conventionnés : gérés par des entreprises privées, mais où la contribution du patient est la même que dans un CHSLD public.

Invité à dire quelle différence de coûts il y aurait entre la construction normale d’un CHSLD et une Maison des aînés, M. Legault a répondu : « Il faut voir quelles propositions seront faites par le privé, a-t-il dit. D’une région à l’autre, il peut y avoir une différence. »

Selon la CAQ, la construction des 30 premières Maisons des aînés coûtera un milliard d’ici 2022 (environ 33 millions par construction). Après quoi les coûts d’exploitation de ces Maisons sont estimés à 245 millions par année. La CAQ entend continuer d’entretenir le réseau actuel des CHSLD selon le plan établi par le gouvernement Couillard, et n’a pas donné de détail sur la manière ou le rythme de conversion des CHSLD après cette première phase 2018-2022.

Cadre financier

Par ailleurs, M. Legault a répété samedi qu’il ne déposera pas son cadre financier (que le Parti québécois a néanmoins déjà critiqué) avant que les libéraux ne l’aient fait. « Quand les libéraux auront annoncé leur cadre, je vais déposer le mien. Il est prêt. Et c’est un cadre qui balance. »

Pourquoi donc attendre, puisque le document serait prêt ? « Les libéraux ont plus d’informations que nous sur l’an 3 et 4, estime M. Legault. Je n’ai pas autant d’informations que le gouvernement. La vérificatrice générale a seulement vérifié les deux premières années. »

M. Legault fait valoir que les « libéraux ont fait plusieurs annonces pendant des semaines. Ce n’est pas facile de calculer ce qui était dans le dernier budget ou ce qui ne l’était pas ». Toutefois, il n’y a pas de problème particulier avec le contenu de ces annonces. « Il y aura une révision qui sera faite, mais de façon générale, sur le fond, je suis assez d’accord. »