Legault vante son équipe de «gestionnaires»

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a lancé sa campagne dans la sobriété jeudi matin en présentant son « équipe de gestionnaires de haut niveau », a-t-il dit en précisant qu’ils n’allaient pas regarder les électeurs de « haut ».

« J’invite tous les Québécois à aller voir l’expérience, le cv de nos 125 candidats. On a beaucoup de gestionnaires qui ont une grande expérience. On a des hommes et des femmes dévoués qui souhaitent être à votre service […] Des gens qui ne vont pas vous regarder de haut », a déclaré le chef caquiste devant un parterre composé de personnel politique, de représentants des médias, de quelques militants et de passants tombés sur l’évènement par hasard.

« On a rassemblé des femmes et des hommes compétents, dévoués, qui souhaitent se mettre à votre service. […] Des gens qui ne vont pas vous regarder de haut ». 

Présentant son parti comme le seul « en mesure de remplacer le gouvernement Couillard », l’ancien ministre péquiste a répété que le Québec devait cesser « de tourner en rond » autour de la question indépendantiste. « À la CAQ, on a rassemblé des adversaires d’hier, adéquistes, péquistes, libéraux. »

Pour démarrer sa campagne, la CAQ avait opté pour le panorama fluvial de la plage Jacques-Cartier à Québec dans Louis-Hébert, circonscription reprise aux libéraux lors de l’élection partielle de l’automne dernier.

Il était alors entouré de 24 candidats de la grande région de Québec et de certains candidats vedettes comme le médecin Lionel Carmant, l’ancien porte-parole du SPVM Ian Lafrenière et l’ex-procureure de la commission Charbonneau, Sonia Lebel.

M. Legault a aussi abordé dans son discours le « bilan déplorable » des libéraux en éducation, à qui il reproche d’avoir « coupé dans l’aide aux élèves en difficulté ».

Il a également déploré que le Québec se classe au 10e rang au Canada pour ce qui est du revenu disponible des ménages et a insisté sur les « scandales » qui ont éclaboussé le gouvernement libéral

21 ans pour consommer du cannabis

Lors de la période de questions, il a en outre indiqué qu’il comptait faire passer l’âge légal pour consommer du cannabis à 21 ans et qu’il légiférerait en ce sens.« Mettre l’âge légal à 21 ans, pour moi, c’est important. C’est un signal qui est envoyé. […] Il [ne] faut pas banaliser la consommation de cannabis [lorsqu’on est] jeune, ça peut amener des problèmes de schizophrénie. »

Après un arrêt en après-midi dans un casse-croûte de Portneuf où il a joué les apprentis serveurs et serré des mains, il a repris la route pour Montréal, où la CAQ prévoit faire une annonce dans le domaine de la santé vendredi matin.