Le Québec est maintenant en campagne électorale

Photo: Francis Vachon Archives Le Devoir

Les partis politiques du Québec sont alignés au fil de départ; la campagne électorale est officiellement déclenchée.

Les autobus de la campagne seront déployés à travers la province pour les 39 prochains jours, alors que les partis se disputeront les suffrages avant les élections du lundi 1er octobre.

Après une brève séance du conseil des ministres, tôt jeudi matin, le premier ministre Philippe Couillard s’est rendu au bureau du lieutenant-gouverneur, J. Michel Doyon, chargé de signer les deux décrets nécessaires: le premier vise à dissoudre l’Assemblée nationale, tandis que le second ordonne la tenue d’une élection générale, début officiel de la campagne électorale.

 

 

À l’exception d’un gouvernement minoritaire du Parti québécois de 19 mois entre 2012 et 2014, les libéraux sont au pouvoir depuis 2003.

M. Couillard sollicite un deuxième mandat à titre de premier ministre après avoir remporté la majorité en avril 2014, mais les sondages des derniers mois suggèrent que la Coalition Avenir Québec (CAQ) est favorisée.

 

M. Couillard est attendu jeudi au Domaine Caraqui, à Québec, et à la Ferme de la Nouvelle-France, à Sainte-Angèle-de-Prémont, en Mauricie. Il assistera à une activité de lancement de sa campagne en soirée.

Le leader de la CAQ, François Legault, participera à une conférence de presse en milieu de journée dans la circonscription de Louis-Hébert et il s’arrêtera en après-midi au Ti-Oui Snack Bar, dans la circonscription de Portneuf.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, et la vice-chef, Véronique Hivon, lanceront leur campagne en compagnie de candidats de la Montérégie au quai du Vieux Mont-Saint-Hilaire.

Les porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, lanceront leur campagne à 14 h au parc de Normanville, dans la circonscription de Laurier-Dorion.

À la dissolution de la Chambre, les libéraux détenaient 68 sièges, le PQ 28 et la CAQ 21. Il y a aussi trois membres de Québec solidaire et cinq indépendants dans l’Assemblée nationale qui compte 125 sièges.