Legault pourrait nommer un gestionnaire du secteur privé à la Santé

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault

François Legault n’écarte nullement la possibilité de nommer un gestionnaire du secteur privé comme ministre de la Santé.

C’est ce qu’il a affirmé mercredi en présentant son candidat dans la circonscription de Terrebonne, l’homme d’affaires Pierre Fitzgibbon.

À la suite du désistement de la p.-d.g. du CHU de Québec, Gertrude Bourdon, que plusieurs voyaient au poste de ministre de la Santé dans un éventuel gouvernement caquiste, la liste des candidats issus du réseau de la santé pour le plus important portefeuille ministériel s’est rétrécie. Il reste notamment le directeur du service de neurologie du CHU Sainte-Justine, le neurologue Lionel Carmant, qui porte les couleurs de la CAQ dans Taillon.

En présentant M. Fitzgibbon, François Legault a fait état de la nécessité d’avoir d’excellents gestionnaires pour « mieux gérer des gros ministères comme la Santé ». Interrogé sur la possibilité d’y nommer un gestionnaire du secteur privé, le chef caquiste a répondu qu’il chercherait le ou la meilleure gestionnaire possible, qu’il provienne du réseau ou du milieu des affaires.

François Legault a par ailleurs indiqué que son cadre financier est déjà prêt, mais qu’il attend de voir celui des libéraux avant de le rendre public.

Bien qu’il s’attende à dévoiler ce cadre financier avant le premier débat, il a insisté sur le fait que le parti de Philippe Couillard, aux affaires depuis quatre ans, avait une connaissance fine des finances publiques et qu’il était essentiel de connaître ses intentions, surtout à la suite de la série d’annonces faites par le gouvernement au cours des derniers mois.

Pierre Fitzgibbon, directeur associé chez Partenaires Walter Capital, est un gestionnaire chevronné qui a oeuvré à la haute direction de nombreuses entreprises, dont la Banque Nationale, Domtar et Price Waterhouse. Il a également siégé sur plusieurs conseils d’administration, dont celui de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

La circonscription de Terrebonne représente une des cibles privilégiées par la CAQ : le député sortant, le péquiste Mathieu Traversy, y a été élu avec seulement 743 voix de majorité devant son adversaire caquiste, Jean-François Jarry, en 2014.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.