Quatre chefs, quatre visions face aux enjeux qui préoccupent la jeunesse

Chaque chef n'a eu à répondre qu'à cinq questions, tirées au sort au fil de la soirée animée par le directeur du «Devoir», Brian Myles (à gauche). 
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Chaque chef n'a eu à répondre qu'à cinq questions, tirées au sort au fil de la soirée animée par le directeur du «Devoir», Brian Myles (à gauche). 
Les chefs des quatre partis représentés à l'Assemblée nationale ont répondu vendredi soir aux préoccupations des 18-35 ans lors d'une discussion organisée par l'Institut du Nouveau Monde et Le Devoir.

Pendant un peu plus d'une heure, le directeur du Devoir, Brian Myles, qui animait la soirée, a tiré au sort 20 questions sur des sujets aussi variés que le mode de scrutin, la participation citoyenne aux processus électoraux, les droits de scolarité, l'accès à la justice, le système de santé, les cryptomonnaies ou encore le bonheur.

Bilan de la discussion par notre journaliste sur place

Et maintenant, la campagne électorale

Leurs réponses apportent un véritable aperçu de la campagne électorale qui débutera dans quelques jours.

Retrouvez les réponses des chefs dans les vidéos ci-dessous:

 


Au cours de cette discussion, le chef de la Coalition avenir Québec a répondu à des questions sur la santé et les soins à domicile, la langue française, l'inclusion économique et financière des jeunes. Pour finir, il a indiqué quelles seront les propositions de son parti lors de la campagne afin de soutenir les jeunes entrepreneurs et les PME.
 

 


Philippe Couillard a été interrogé sur la santé mentale des étudiants, sa vision sur le système de santé à court et moyen terme, l'intégration des immigrants au marché du travail, la situation des Forums jeunesse régionaux. Il a conclu la discussion avec une question sur la souveraineté du Québec.
 

 


Les questions posées à Jean-François Lisée concernaient les cryptomonnaies, l'éducation publique et l'immobilier au Canada. Il a également donné quelques conseils aux jeunes Québécois voulant se lancer en politique.
 

 


C'est avec une question sur le bonheur que Manon Massé a débuté, avant d'être interrogée sur le mode de scrutin, l'évasion fiscale et le Fonds des générations. Elle a également développé ses idées sur la façon d'encourager le sentiment d'appartenance des jeunes à la démocratie québécoise.