Racisme systémique: une candidate de la CAQ en contradiction avec son parti?

La CAQ s’est opposée à plusieurs reprises à la tenue d’une consultation publique sur la discrimination systémique et le racisme au Québec.
Photo: iStock La CAQ s’est opposée à plusieurs reprises à la tenue d’une consultation publique sur la discrimination systémique et le racisme au Québec.

Alors que la Coalition avenir Québec (CAQ) s’est toujours farouchement opposée à toute forme de commission sur le racisme systémique, une de ses nouvelles candidates, Christine Mitton, a signé, la semaine dernière, une pétition demandant à la Ville de Montréal de tenir une consultation sur cette délicate question.

De passage dans la métropole vendredi dernier, la candidate caquiste dans Laval-des-Rapides a, effectivement, apposé sa signature sur un document militant demandant aux élus montréalais une consultation publique sur le racisme systémique et la discrimination. Interrogée par Le Devoir sur la question de savoir si cette prise de position n’est pas en contradiction avec celle adoptée par son parti, Mme Mitton a répondu par courriel qu’elle est, au contraire, en accord avec la vision de la CAQ.

Photo: Source Parti Laval Christine Mitton

« Je tiens à déclarer qu’il n’y a pas de racisme systémique au Québec selon moi », a indiqué celle qui occupe depuis des années le poste de conseillère stratégique pour la Commission scolaire de Montréal. « Il y a toutefois des manifestations de racisme à Montréal, comme partout ailleurs. Les Québécois sont très accueillants. Je crois toutefois qu’on doit en faire plus pour bien intégrer les nouveaux arrivants à la société québécoise. » Pour ce qui est de la pétition, la candidate a indiqué qu’elle l’avait signée « à la demande d’un ami dans le cadre d’une démarche citoyenne qui vise à obtenir une meilleure justice sociale et un meilleur équilibre dans notre société ».

Même son de cloche du côté de la direction de la CAQ : « [Nous considérons] qu’il n’y a pas de racisme systémique au Québec, tout comme notre candidate », a indiqué par écrit Émilie Toussaint, conseillère aux relations médias pour la CAQ. « Nous trouvons […] que la tenue d’une telle commission est inutile. Mme Mitton est donc tout à fait d’accord avec la position de la CAQ. »

Lancée le 1er mai dernier par Balarama Holness, ancien joueur des Alouettes et ex-candidat pour Projet Montréal dans Montréal-Nord, cette pétition en était à plus de 14 000 signatures lundi. Et son libellé est clair. Disponible en ligne, le document demande à la Ville de Montréal d’organiser une consultation publique sur le racisme et la discrimination systémique. Cela permettrait « au public de se faire entendre sur les questions qui touchent chaque personne, famille et communauté » et de « développer des solutions concrètes pour améliorer les conditions économiques, sociales, culturelles et politiques des Montréalais et des Montréalaises, notamment ceux et celles issus des communautés racisées et des minorités ».

La CAQ s’est opposée à plusieurs reprises à la tenue d’une consultation publique sur la discrimination systémique et le racisme au Québec. La dernière en date remonte au mois de mars dernier, alors que le gouvernement Couillard proposait aux députés de l’Assemblée nationale de se pencher sur cette question. À l’époque, la porte-parole caquiste en matière d’immigration, Nathalie Roy, avait fait valoir que le gouvernement ratait sa cible en parlant de racisme systémique. « On ne croit pas que ça existe », avait-elle alors affirmé à La Presse canadienne.

Le racisme systémique est une forme de discrimination qui s’exprime par le traitement inégalitaire d’individus racisés par une société et ses institutions.