La CAQ propose des tramways et le prolongement du REM

La CAQ ressusciterait le projet de modernisation de la rue Notre-Dame au coût de 625 millions. Transformée en boulevard urbain, cette artère pourrait accommoder un tramway.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La CAQ ressusciterait le projet de modernisation de la rue Notre-Dame au coût de 625 millions. Transformée en boulevard urbain, cette artère pourrait accommoder un tramway.

Après avoir écarté le projet de ligne rose de Valérie Plante, François Legault propose de décongestionner la grande région de Montréal en prolongeant le Réseau express métropolitain (REM) dans les couronnes nord et sud et en construisant un tramway qui relierait le centre-ville de Montréal à la pointe est de l’île de Montréal.

Un gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) consacrerait 10 milliards de dollars au Programme québécois des infrastructures d’ici 2030, a indiqué son chef, François Legault, mercredi.

Pour l’île de Montréal, la CAQ poursuivrait les projets de prolongement de la ligne bleue du métro et la réalisation du Service rapide par bus (SRB) sur le boulevard Pie-IX, mais un gouvernement caquiste aménagerait aussi un tramway dans l’est de Montréal au coût estimé de 1,8 milliard. Ce tramway partirait de la pointe de l’île et passerait par le métro Radisson pour ensuite se rendre jusqu’au centre-ville de Montréal.


La CAQ ressusciterait aussi le projet de modernisation de la rue Notre-Dame au coût de 625 millions. Transformée en boulevard urbain, cette artère pourrait accommoder le tramway.

« Les propositions de ce plan sont les plus belles que j’aie jamais vues pour l’est de Montréal, un secteur qui a été oublié pour les transports collectifs », a commenté la mairesse et candidate de la CAQ dans Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau.

Le poids du 450

Mais François Legault réserve de gros morceaux de son plan aux banlieues. Un gouvernement de la CAQ étendrait le REM à Laval sur une distance de quinze kilomètres le long de l’autoroute 15. Il étudierait aussi l’expansion du REM dans l’axe est-ouest dans l’emprise de l’autoroute 440.

Sur la Rive-Sud, la CAQ envisage de prolonger le REM de Brossard jusqu’au secteur de Chambly. Le train pourrait même se rendre jusqu’à Sainte-Julie, avance-t-on. Le plan suggère aussi de refaire une beauté au boulevard Taschereau, qui pourrait accueillir un tramway sur 6,5 km pour 700 millions.

Les mesures proposées visent les axes les plus achalandés et les plus urgents, a précisé François Legault.

Arbitrage de Québec

Le chef caquiste se défend de vouloir écarter l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), pourtant mandatée par le gouvernement pour planifier les transports dans la grande région de Montréal, tout en dépolitisant cet exercice.

« Quand on consulte les maires, on voit que les priorités changent d’un maire à l’autre ou d’une mairesse à l’autre. Donc, il y a un arbitrage à faire, qui doit être fait par le gouvernement du Québec », a affirmé M. Legault.

Du même souffle, François Legault croit que le modèle de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), que préside la mairesse Valérie Plante, aurait avantage à être revu. Les banlieues devraient avoir un poids égal à celui de Montréal au sein de la CMM, a-t-il dit. En cas d’impasse, c’est le gouvernement qui trancherait, et non la mairesse de Montréal, qui détient un droit de veto à l’heure actuelle.

« J’ai rencontré Valérie Plante. Évidemment, elle m’a dit que sa priorité, c’était la ligne rose. J’ai rencontré des dizaines de maires et mairesses du 450. Ils m’ont dit que la ligne rose n’était pas leur priorité », a soutenu M. Legault.

Le plan de 10 milliards de la CAQ comporte aussi des mesures pour le réseau routier, dont l’élargissement de l’autoroute 30, le prolongement de l’autoroute 19 jusqu’à Bois-des-Filion et celui de l’autoroute 13.

Réaction des maires

Valérie Plante se dit ouverte à la proposition concernant la rue Notre-Dame et son tramway. Mais la mairesse estime que le plan de la CAQ ne règle pas le principal problème, celui de la saturation du réseau de métro. « La seule solution concrète à ce problème est et demeure le projet de construction de la ligne rose », a indiqué son cabinet.

Les 19 maires de la couronne nord sont plus enthousiastes notamment à l’égard de l’intention de la CAQ d’assurer plus d’équité dans le financement de l’ARTM. « Nous avons manifesté à plusieurs reprises que la politique actuelle défavorisait franchement les banlieues et qu’il était impératif de la revoir », a commenté le maire de Laval, Marc Demers.

La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, s’est aussi montrée satisfaite, saluant l’idée d’un tramway sur le boulevard Taschereau et le prolongement de la ligne jaune, en surface ou en souterrain.

Plusieurs propositions sont intéressantes, note Trajectoire Québec, mais son porte-parole, Philippe Cousineau Morin, doute que le prolongement du REM à Laval soit réalisable compte tenu du risque de congestion dans le tunnel du mont Royal.

Les propositions des partis

Philippe Couillard a déjà dit qu’il appuyait le projet de ligne rose de Valérie Plante et réaliserait le prolongement de la ligne bleue du métro. Il a aussi promis qu’un gouvernement libéral financerait des projets de transport collectif dans les couronnes nord et sud avec un possible prolongement du REM. Jean-François Lisée juge que le REM est trop coûteux. En mars dernier, le chef péquiste a dévoilé le « grand déblocage » qui prévoit l’abandon du REM et privilégie vingt et un tracés combinant tramways, bus rapides et trains, dont un tronçon de la ligne rose vers l’aéroport et un tramway sur le boulevard Saint-Laurent. Les couronnes nord et sud auraient droit à un important réseau de bus rapides. De son côté, Québec solidaire a proposé de réduire de moitié les tarifs en transport en commun. À plus long terme, le parti vise la gratuité.