CAQ: Lionel Carmant tentera de se faire élire dans Taillon

Le docteur Lionel Carmant avait été chaudement accueilli par les membres de la CAQ, au moment de joindre le parti, en janvier dernier.
Photo: Marco Bélair-Cirino Archives Le Devoir Le docteur Lionel Carmant avait été chaudement accueilli par les membres de la CAQ, au moment de joindre le parti, en janvier dernier.

Après quelques mois de réflexion, le neuropédiatre Lionel Carmant a confirmé dimanche qu’il tentera de se faire élire sous la bannière de la Coalition avenir Québec (CAQ) et il assure que les sondages encourageants pour le parti n’ont rien eu à voir dans sa décision de faire le saut en politique active.

« Je suis avec la CAQ depuis 2011, j’ai hésité à faire le saut en politique en 2012, mais je ne me sentais pas prêt, j’avais d’autres choses à faire en médecine. Maintenant, je pense que j’avais fait tout ce que je pouvais au niveau médical, puis j’avais le goût de me lancer en politique », a déclaré le docteur Carmant en entrevue téléphonique après sa conférence de presse.

« De toute façon, nous, on n’écoute pas les sondages », a-t-il ajouté en riant.

En compagnie du chef caquiste François Legault, Lionel Carmant a annoncé en matinée qu’il se présenterait dans la circonscription de Taillon, en Montérégie, un château fort du Parti québécois (PQ).

En janvier dernier, M. Legault avait demandé au docteur Carmant de rédiger une partie du programme de la CAQ sur les troubles de développement chez l’enfant. À ce moment, Lionel Carmant disait être en réflexion à l’idée de se présenter sous la bannière caquiste aux prochaines élections.

M. Carmant dit se lancer en politique d’abord pour les enfants, qui selon lui « sont les grands oubliés du système d’éducation ».

Le docteur Carmant, qui est d’origine haïtienne, est actuellement chef du service de neurologie à l’hôpital Sainte-Justine. Cet ami de longue date de François Legault était aux premières loges de la création de la CAQ, et il semblait tout à fait à l’aise à appuyer les idées de son parti, notamment sur la révision de l’entente avec les médecins spécialistes et sur l’immigration.

Une nouvelle entente avec les médecins

M. Carmant, lui-même un médecin spécialiste, croit que la « majorité » de ses collègues accepteraient de diminuer leurs salaires s’ils ont de meilleures conditions de travail.

« Les chirurgiens n’opèrent pas et nous autres, on passe notre temps à faire de la paperasse au lieu de soigner les patients », a-t-il souligné.

« Je pense qu’il va falloir s’asseoir avec les médecins, une fois que le rapport canadien va sortir en 2019, et renégocier avec eux une entente que le Québec aura la capacité de supporter. »

Alors que plusieurs médecins ont déjà assumé le rôle de ministre de la Santé dans les dernières années, certains voient Lionel Carmant comme un possible successeur à Géatan Barrette. Le principal intéressé dit pourtant n’avoir aucune attente de ce côté.

« Moi, ma contribution va être pour aider les enfants d’abord et avant tout, puis j’ai quand même des bonnes idées pour améliorer l’accès aux soins, mais notre premier objectif, c’est de gagner les élections et ensuite M. Legault pourra décider de mon rôle dans un gouvernement de la CAQ », a-t-il soutenu.

Capacité d’accueil saturée

Sur l’immigration, le docteur Carmant considère que le Québec doit diminuer le nombre de nouveaux arrivants qu’il accueille chaque année pour mieux les encadrer.

« On a dépassé notre capacité d’accueil des immigrants. Chaque année, il y en a 10 à 12 000 qui partent », a-t-il plaidé.

Lionel Carmant semblait aussi à l’aise avec le test de valeurs qui sera soumis aux immigrants trois ans après leur arrivée au Québec.

« [Le test] va nous servir un peu d’outil pour mesurer l’impact de notre intervention, et aussi pourra nous servir pour voir où on doit s’améliorer et comment on peut s’améliorer dans le futur dans l’accueil de nouveaux arrivants », a-t-il soutenu.

« C’est impossible de se faire [expulser] si on échoue ce test-là », a-t-il précisé.

La circonscription de Taillon, qui couvre une partie du territoire de Longueuil, au sud de Montréal, est un bastion péquiste. Elle a longtemps été représentée par l’ancienne première ministre péquiste Pauline Marois.

La péquiste Diane Lamarre avait remporté cette circonscription avec 33 % des voix en 2014. Elle avait été chauffée par les candidats du Parti libéral du Québec et de la CAQ.

M. Carmant n’habite pas la circonscription et n’a pas l’intention d’y déménager dans l’éventualité d’une victoire, mais il assure qu’il pourra contribuer à améliorer les conditions de ses résidants.

« Ça fait partie du Grand Montréal, Taillon », a affirmé le docteur, qui habite l’arrondissement Outremont, à Montréal.