Québec adopte son projet de loi sur l’encadrement du cannabis

Le projet de loi encadrant la légalisation du cannabis au Québec a été adopté mardi matin.
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne Le projet de loi encadrant la légalisation du cannabis au Québec a été adopté mardi matin.

Le projet de loi encadrant la légalisation du cannabis au Québec a été adopté mardi matin, mais sans l’appui de la Coalition avenir Québec et, dans un revirement inattendu, sans celui du Parti québécois (PQ).

La ministre de la Santé publique, Lucie Charlebois, s’est offusquée de ce changement de cap, qu’elle a attribué à la volonté du PQ de « faire de la politique avec un projet qui touche la santé ».

« Ici, ce qu’on vise, c’est toujours, depuis le début, de protéger la santé et la sécurité des gens. Nos petits ego et les games politiques, excusez-moi, ce n’est pas un bon projet de loi pour faire ça », a-t-elle lancé, en se disant « déçue » de la décision des péquistes.

Le PQ avait jusqu’ici laissé entendre qu’il appuierait le projet de loi sur le cannabis, en dépit de ses quelques réserves quant à celui-ci.

« Moi, je suis quand même satisfait de l’ensemble du travail qu’on a accompli », avait déclaré au Devoir le député Sylvain Pagé le 1er juin. Il n’avait toujours pas rencontré le caucus pour adopter une décision finale sur le vote, mais se disait « quand même plutôt favorable » à l’adoption du projet de loi, notamment en raison de l’abandon de projets-pilotes qui auraient pu permettre aux entreprises privées de tester la vente de cannabis.

« Je vais faire une recommandation qui va être positive au caucus. Maintenant, je ne peux présumer de l’appui », avait-il affirmé.

Voyez la ministre Charlebois dénoncer le revirement du PQ dans le dossier.

 

 

Revirement de situation

Sylvain Pagé s’est présenté devant les médias avec une annonce qui a surpris sa collègue libérale Lucie Charlebois mardi. Il a dénoncé l’intention du gouvernement de permettre la consommation de cannabis dans les lieux publics. « C’est un geste de banalisation qui, pour nous, est beaucoup trop important », a-t-il dit.

C’est son chef, Jean-François Lisée, qui a expliqué les deux autres raisons motivant l’opposition du PQ. « Nous voulions que la production québécoise de cannabis soit gérée par le gouvernement québécois et par le MAPAQ et, clairement, le gouvernement québécois n’a pas voulu mener cette bataille avec Ottawa et laisse Ottawa gérer qui peut produire ou qui ne peut pas produire du cannabis. Cet abandon de la souveraineté québécoise sur un secteur agricole légal, pour nous, est inacceptable », a-t-il dit. « On est très, très préoccupés par les liens entre les producteurs et les paradis fiscaux », a-t-il ajouté.

Comme prévu, la Coalition avenir Québec a voté contre le projet de loi, tandis que Québec solidaire l’a appuyé.

Avec Dave Noël