Québec solidaire dévoile sa politique en matière d’inclusion

La députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Manon Massé
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir La députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Manon Massé

Le Québec a un tel retard à corriger en matière d’inclusion qu’il faudrait que le secteur public se fixe un taux d’embauche de 25 % au sein des minorités visibles et ethniques jusqu’à ce que celles-ci représentent 18 % de la main-d’œuvre, affirme Québec solidaire (QS).

Convaincu d’un « coup de barre » à donner, le parti a dévoilé dimanche une politique qui, s’il était porté au pouvoir, prévoirait aussi la création de « Carrefours d’accueil en immigration ». Ceux-ci joueraient un rôle de « guichet unique » permettant d’orienter les nouveaux arrivants vers des services comme l’aide à l’emploi ou des cours de francisation.

« C’est là que le Parti libéral, qui est là depuis 15 ans, a le plus échoué : face aux nouveaux arrivants et arrivantes, face aux gens de la diversité culturelle, des minorités visibles », a dit la députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Manon Massé, lors de la présentation de la politique dimanche en compagnie du député Amir Khadir, d’Andres Fontecilla, qui se présentera dans Laurier-Dorion, et de plusieurs autres candidats.

« Dans la fonction publique, il y a des règles. Elles sont à peine respectées. D’ailleurs, il manque énormément d’employés issus de la diversité culturelle au sein du secteur public », a ajouté Mme Massé. « Il faut un coup de barre. » Québec solidaire souhaite que le taux de représentation des communautés culturelles soit le même que dans la société, soit d’environ 18 %. D’ici 2024, la fonction publique devrait embaucher un « minimum » de 3750 personnes, a-t-elle dit. Le parti politique souhaite aussi travailler à la reconnaissance des compétences de l’étranger.

En mars 2017, les communautés culturelles comptaient pour 9,4 % des employés du secteur public, selon le Secrétariat du Conseil du trésor. Le gouvernement Couillard a déjà affirmé que le taux d’emploi des immigrants qui sont au Québec depuis plus de dix ans (81,9 %) est inférieur à celui des gens nés au Canada (86,2 %).

À quelques mois des élections, les annonces se succèdent. Le gouvernement Couillard a récemment annoncé une stratégie de la main-d’œuvre 2018-2023 qui promet une somme de 1,3 milliard sur cinq ans. Le plan insiste sur la francisation, mais aussi sur la réduction des délais dans la remise des certificats de sélection.

Le Parti québécois a proposé il y a deux semaines de travailler sur la sélection des immigrants en fonction notamment de leur connaissance du français. Il souhaite aussi qu’ils choisissent de s’installer pas seulement à Montréal, mais en région.

Du côté de la CAQ, des documents révélés récemment par L’actualité montrent que le parti veut mettre un accent particulier sur la francisation et souhaite réformer « en profondeur » le ministère de l’Immigration.

Outre les investissements supplémentaires en francisation, QS souhaite impliquer les entreprises. Par exemple, l’application de la loi 101, qui vise actuellement les entreprises de 50 employés et plus, couvrirait désormais les sociétés de 20 employés et plus.