Laurent Lessard confirme son retrait de la vie politique

Laurent Lessard est le 16e député libéral à tirer sa révérence.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Laurent Lessard est le 16e député libéral à tirer sa révérence.

Le ministre Laurent Lessard est devenu vendredi le septième membre du gouvernement Couillard à annoncer qu’il allait quitter la vie politique au terme du présent mandat.

C’est aussi le 16e député libéral à tirer sa révérence.

Dans les rangs libéraux, on s’attend à ce que l’annonce de M. Lessard soit suivie bientôt par celle du ministre des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, qui deviendrait le huitième ministre du gouvernement Couillard à tirer un trait sur sa vie politique.

Quant au ministre de l’Agriculture, il a fait l’annonce de son départ vendredi, dans sa circonscription de Lotbinière-Frontenac.

Depuis des mois, il ne cachait pas qu’il était en réflexion sur son avenir politique et sa décision ne surprendra personne.

Élu pour la première fois en 2003, dans l’équipe de Jean Charest, M. Lessard a dit vendredi, par voie de communiqué, qu’il ne solliciterait pas un sixième mandat.

Il avait rencontré son exécutif de circonscription la veille pour rendre la nouvelle officielle.

L’ancien maire de Thetford Mines, âgé de 55 ans, n’a rien dit à son entourage des motivations à l’origine de sa décision ni soufflé mot sur ses projets d’avenir une fois sorti de l’univers politique.

Dans son bref communiqué, il dit partir pour des raisons familiales, ayant pris cette décision «bien réfléchie», avec «la volonté de retrouver les (siens)».

Notaire de formation, il aura été ministre du Travail, des Affaires municipales, des Transports, des Forêts, mais son passage le plus remarqué aura été celui à l’Agriculture, un poste qu’il a occupé pendant plusieurs années, d’abord au sein du gouvernement Charest, puis dans celui du premier ministre Couillard.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.