Le PQ adopte une plateforme plantée fermement à gauche

«Un État fort, souple et efficace est une condition indispensable pour éviter une explosion des inégalités. Le Parti québécois en est le garant. Pas la CAQ, pas les libéraux», a fait valoir Jean-François Lisée.
Photo: Marco Bélair-Cirino Le Devoir «Un État fort, souple et efficace est une condition indispensable pour éviter une explosion des inégalités. Le Parti québécois en est le garant. Pas la CAQ, pas les libéraux», a fait valoir Jean-François Lisée.

Le minibus du Parti québécois s’est élancé dimanche après-midi sur les routes québécoises après avoir mis son clignotant à gauche.

Premier pas vers la « gratuité scolaire », réduction des tarifs des CPE, révision du financement des écoles privées, renforcement de la loi 101, etc. : les délégués des associations locales et régionales du PQ ont adopté ― sans grands débats ― une plateforme électorale coiffée du titre « Un État fort au service des gens ».

« Un État fort, souple et efficace est une condition indispensable pour éviter une explosion des inégalités. Le Parti québécois en est le garant. Pas la CAQ, pas les libéraux », a fait valoir Jean-François Lisée, au terme d’un conseil national de deux jours. Le chef du PQ fait le pari que les Québécois sont plus attachés aux « services » de l’État qu’à des baisses d’impôt ou de taxes.

L’animateur du club politique Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre, Marc Laviolette, qui a réussi à ajouter à la liste des priorités d’un éventuel gouvernement dirigé par Jean-François Lisée une nouvelle charge de l’État contre les clauses de disparité de traitement et les briseurs de grève, était ravi. « Il faut mettre ça bien bien clair parce que, à la dernière campagne électorale, il y a des langues sales, particulièrement Québec solidaire, qui se sont tellement fait aller, parce que c’était absent de notre plateforme. Je pense que s’ils avaient avalé leur langue, ils seraient morts empoisonnés », avait-il fait valoir devant le demi-millier de militants du PQ rassemblés à Drummondville.

M. Lisée s’est notamment engagé ce week-end à abolir les droits de scolarité des étudiants inscrits au cégep ou à l’université, dont les parents gagnent moins du salaire médian. En 2015, celui-ci s’élevait à 52 207 $, après impôts, selon Statistique Canada.

Le PQ chiffre le coût de cette promesse à 400 millions de dollars, au bas mot. S’il décrétait la gratuité scolaire, l’État devrait hausser d’au moins 800 millions de dollars les subventions allouées aux cégeps et aux universités afin qu’ils accomplissent leur mission. « Nous n’aurons pas 800 millions de dollars dans un premier mandat à mettre là-dessus. Est-ce qu’on peut couper la poire en deux et graduellement arriver jusqu’à la fin du premier mandat en ayant assuré la gratuité à la moitié ? C’est un objectif », a indiqué M. Lisée, au terme du dernier grand rassemblement des militants péquistes avant le déclenchement de la campagne électorale.

Dans la perspective d’une « véritable gratuité scolaire » de la maternelle à l’université, le PQ s’engage aussi à supprimer « les frais trop importants » facturés par les écoles primaires et secondaires. « Les dictionnaires, les Bescherelle, les calculatrices, où c’est déjà prévu dans la loi qu’on n’est pas censé les acheter, ça va être gratuit », a dit M. Lisée.

Par ailleurs, le PQ est déterminé à créer de nouvelles places en centres de la petite enfance (CPE), plutôt que des places en garderies privées subventionnées ou non subventionnées ou en services de garde en milieu familial. Qui plus est, un gouvernement péquiste instaurera un tarif de garde unique de 8,05 $ par jour pour le premier enfant, de 4 $ par jour pour le deuxième enfant et de 0 $ pour le troisième enfant et les suivants. La tarification modulée en fonction du revenu familial, institué par le gouvernement Couillard, passera à la trappe, a promis la vice-chef du PQ, Véronique Hivon. « Est-ce que quelqu’un imaginerait […] de moduler [des tarifs scolaires] selon le salaire des parents ? Les gens qui font plus d’argent paient déjà plus à travers leurs impôts que les gens qui font moins d’argent. Donc, pour nous, c’est un engagement ferme », a-t-elle insisté dans une mêlée de presse.

Critiques de Québec solidaire

Les propositions progressistes du PQ ont été accueillies avec scepticisme à gauche. Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, y voit un geste désespéré de la part du PQ, qui croupit au troisième rang des intentions de vote. « En perte de vitesse, M. Lisée ouvre la boîte à idées, propose la gratuité scolaire. Dommage que le PQ n’ait pas été capable de faire preuve du même courage politique alors qu’il était au pouvoir ! » a-t-il lancé sur Twitter, décrivant le PQ comme « un parti qui “flashe” à gauche en élection et qui se dégonfle quand il gouverne ».

Les libéraux, quant à eux, ne faisaient pas de cas des propositions du PQ, préférant concentrer leurs tirs sur la Coalition avenir Québec.