Quoi retenir des rassemblements du PQ et de la CAQ?

L’heure était à la prise de résolutions pour la Coalition avenir Québec (CAQ) et pour le Parti québécois (PQ), cette fin de semaine. Respectivement rassemblés à Lévis et à Drummondville, les caquistes et les péquistes ont été consultés sur les orientations qui définiraient les priorités d’un éventuel gouvernement portant leurs couleurs. Voici quelques engagements phares pris par chacun des partis.

  • La santé dans le viseur de la CAQ

    La santé dans le viseur de la CAQ

    La CAQ a profité de son congrès national pour présenter son plan en santé, samedi, sans toutefois en définir le cadre financier. Ce plan inclut les engagements suivants :

    - Une renégociation de l’entente avec les médecins spécialistes « sur la base d’une étude comparative » pour récupérer un milliard de dollars;

    - Une réduction de 45 minutes du temps d’attente moyen aux urgences, pour le faire passer à 90 minutes;

    - Une révision à la baisse des tarifs de stationnement dans les hôpitaux;

    - Une collaboration renouvelée avec le privé, comprenant notamment de nouvelles ententes avec des cliniques privées de chirurgie pour que les patients soient opérés plus rapidement, aux frais de l’État;

    - La mise au ban de la ligne rose, pour plutôt « offrir du transport là où il n’y a pas d’autres options »

  • Le PQ présente un projet de plateforme

    Le PQ présente un projet de plateforme

    Le Parti québécois a quant à lui fait adopter par ses membres réunis en conseil national un projet de plateforme électorale. Voici quelques-unes des mesures comprises dans cette plateforme :

    - Une mise en place graduelle de la « véritable gratuité scolaire » pour une partie de la population québécoise;

    - Une révision du financement de l’école privée;

    - Une réduction des tarifs des CPE (8,05 $ par jour pour le premier enfant, 4 $ par jour pour le deuxième et 0 $ pour le troisième et les suivants);

    - Une révision de la loi sur la neutralité religieuse pour interdire non seulement aux personnes disposant d’un pouvoir de contrainte, mais également aux éducateurs en garderie et aux enseignants de niveaux préscolaire, primaire et secondaire d’afficher leurs convictions, y compris religieuses;

    - Une fixation des seuils d’immigration en fonction de recommandations du vérificateur général du Québec;

    - Un renforcement de la Charte de la langue française afin d’élargir sa portée aux entreprises de 25 à 50 employés ainsi qu’aux entités à charte fédérale.

    La révision du financement des cégeps anglophones n’a pas été retenue comme une priorité dans ce projet de plateforme électorale.