Couillard et Trudeau condamnent l’incident survenu à «Vice»

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le premier ministre Philippe Couillard

Les premiers ministres Philippe Couillard et Justin Trudeau ont tour à tour dénoncé jeudi l’action menée la veille dans les bureaux montréalais de Vice par le groupe associé à l’extrême droite Atalante.

« On doit condamner ces actions qui sont de l’intimidation, c’est clair. Particulièrement envers un média », a affirmé M. Couillard lors d’un point de presse alors qu’il participait jeudi à la conférence C2 Montréal.

« Ce que ces gens-là ont fait, c’est brimer la liberté d’expression des journalistes et des gens qui travaillent dans ce média-là, a-t-il ajouté. La liberté d’expression comprend le droit de dire n’importe quoi, et parfois même des bêtises, mais on a le droit et le devoir de répondre à ces bêtises et de faire en sorte que ça se fasse dans le respect des droits de chacun. »

Le premier ministre Trudeau a lui aussi dénoncé l’incident en le qualifiant d'« inquiétant ». « Une presse libre et indépendante, confiante et protégée est au coeur de toute démocratie », a-t-il plaidé alors qu’il se trouvait à La Malbaie, où se déroulera le sommet du G7 les 8 et 9 juin.

Polarisation du débat

M. Trudeau s’est dit inquiet de la polarisation du débat, qu’elle soit provoquée par la montée de groupes d’extrême droite ou d’extrême gauche.

Le député de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a pour sa part adressé une lettre au ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, lui demandant un « plan pour endiguer la montée de l’extrême droite violente au Québec ».

« Vous ne pouvez rester indifférent face à l’intimidation de journalistes en pleine salle de presse. Cette situation devrait vous interpeller au plus haut point », a-t-il écrit.

« C’est déplorable de voir de tels agissements de la part de groupes qui s’attaquent de façon facile à des journalistes », a indiqué le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.

Au Parti québécois, le député Stéphane Bergeron a parlé d’un geste d’intimidation « inadmissible ».

Incursion à Vice

Mercredi vers 16 h, six membres du groupe Atalante, pour la plupart masqués, ont fait irruption dans les bureaux du média montréalais Vice. Ils ont lancé des tracts et des nez de clown, avant d’« enguirlander » le journaliste Simon Coutu, selon les dires du rédacteur en chef de Vice Québec, Philippe Gohier.

Le coup d’éclat est survenu à la suite de la parution la semaine dernière d’un article signé par M. Coutu, intitulé « L’extrême droite et les antifas se promettent un été mouvementé », dans lequel on explique que « les groupes identitaires québécois », dont Atalante, s’affichent de plus en plus ouvertement à Montréal.

« Clairement, ces racoleurs professionnels sans scrupules cherchent à attiser un climat dangereux, voir [sic] provoquer une guerre ouverte, et souhaitent sans doute récolter les victimes collatérales qui leur serviront ensuite de capital pour un prochain article », a fait valoir le groupe Atalante Québec sur sa page Facebook à la suite de son incursion dans les bureaux du média montréalais.

Avec Isabelle Porter et La Presse canadienne