Marguerite Blais fait un retour sous la bannière de la CAQ

Marguerite Blais briguera les suffrages dans Prévost, une circonscription des Laurentides jugée «prenable» par la CAQ.
Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir Marguerite Blais briguera les suffrages dans Prévost, une circonscription des Laurentides jugée «prenable» par la CAQ.

L’ex-ministre libérale Marguerite Blais portera les couleurs de la Coalition avenir Québec dans la circonscription de Prévost lors des prochaines élections générales. À ses yeux, le parti politique de François Legault constitue aujourd’hui le meilleur véhicule pour faire « avancer » la « cause des aînés et des proches aidants ».

Mme Blais propose d’élaborer une politique des proches aidants, ce à quoi s’est refusé le gouvernement Couillard au cours des quatre dernières années. « La CAQ va porter ce dossier-là », soutient Mme Blais dans un entretien téléphonique avec Le Devoir mardi matin. « Il y a entre 1,6 million et 2 millions de proches aidants au Québec. Il n’y a pas de politique de proches aidants au Québec. Écoutez, il y a des proches aidants qui tombent au combat », ajoute-t-elle.

Mme Blais juge insuffisante l’inclusion du statut de proche aidant dans la législation québécoise. « C’est très bien, mais ça prend beaucoup plus que ça », insiste-t-elle.

Elle reproche à l’équipe de Philippe Couillard de n’avoir « toujours [retenu que] de petites “mesurettes” » pour améliorer les conditions de vie des personnes aînées ainsi que des proches aidants. « Ça prend des interventions musclées », fait-elle valoir.

Courtisée

Le Parti libéral du Québec, le Parti québécois et la CAQ ont tour à tour invité l’ex-députée de Saint-Henri–Saint-Anne à effectuer un retour en politique à la faveur du prochain scrutin. Le premier ministre, Philippe Couillard, a sondé ses intentions pas plus tard que jeudi dernier. Elle a répondu favorablement à l’appel du parti de François Legault.

Elle briguera les suffrages dans Prévost, une circonscription des Laurentides jugée « prenable » par la CAQ. La résidente de Saint-Hippolyte affrontera notamment Paul St-Pierre-Plamondon (PQ) et Naömie Goyette (PLQ).

M. Couillard ne se formalise pas de voir Mme Blais se rallier à la CAQ cinq jours après qu’elle a assisté à l’investiture de Mme Goyette dans Prévost.

« Ça arrive, ces transferts d’un parti à l’autre. D’ailleurs, nous, on a Gaétan Barrette, on a Dominique Anglade, on a d’autres personnes qui étaient à la CAQ avant qui sont venues chez nous », a-t-il déclaré dans un impromptu de presse mardi midi.

« Ça n’enlève rien à l’estime qu’on a pour Marguerite Blais et ce qu’elle a accompli pour les aînés et on a accompli nous aussi beaucoup, alors il y aura lieu de débattre de ça », a-t-il ajouté.

Ancienne ministre

L’ex-animatrice de télévision, qui a été élue sous la bannière libérale dans Saint-Henri–Sainte-Anne en 2007, 2008, 2012 et 2014, a été élevée ministre responsable des Aînés par le premier ministre Jean Charest le 18 avril 2007.

Son successeur Philippe Couillard ne lui a pas fait cet honneur au lendemain de la victoire électorale de 2014. Elle a démissionné le 15 septembre 2015 dans la foulée du décès de son conjoint. Trois ans et demi plus tard, elle dit se sentir « en pleine forme ».

Marguerite Blais croit que le meilleur forum pour faire « avancer » la « cause des aînés et des proches aidants » demeure, pour elle, l’Assemblée nationale du Québec.

« Mais que je gagne ou que je ne gagne pas, il faut qu’on parle de ces enjeux fondamentaux ! On n’en parle pas assez. Ça ne se peut pas, on est la deuxième société au monde à vieillir le plus rapidement. 90 % des personnes âgées vivent à domicile. Il y en a 4 % qui vivent dans les CHSLD. […] Une société qui ne respecte pas ses aînés, elle a de gros problèmes ! » conclut-elle.

À voir en vidéo