La ministre Julie Boulet quitte la vie politique

Mme Boulet avait été élue pour la première fois députée de la circonscription de Laviolette aux élections partielles du 1er octobre 2001.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Mme Boulet avait été élue pour la première fois députée de la circonscription de Laviolette aux élections partielles du 1er octobre 2001.

Trois-Rivières — Jugeant que « la motivation et l’énergie ne sont plus au rendez-vous », la ministre du Tourisme, Julie Boulet, a annoncé lundi matin qu’elle quitterait la vie politique à la fin de son mandat.

« La politique a occupé une place importante dans ma vie, mais le rythme effréné, les horaires exigeants, la très grande disponibilité nécessaire pour bien faire mon travail m’ont amenée à prendre cette difficile décision », a-t-elle précisé lors d’un cours point de presse, décrivant la politique comme étant « un chapitre important de [sa] vie ».

Mme Boulet avait été élue pour la première fois députée de la circonscription de Laviolette aux élections partielles du 1er octobre 2001.

Au fil des ans, elle a occupé différentes fonctions au sein du gouvernement, notamment comme ministre des Transports, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre du Tourisme. Elle est responsable de ce dernier ministère depuis janvier 2016. Elle est également depuis de nombreuses années la ministre responsable de la région de la Mauricie. Avant d’entrer en politique, elle était pharmacienne-propriétaire dans la ville de Saint-Tite.

Mme Boulet affirme s’être « pleinement réalisée » dans son travail.

Trouver les mots pour dire que je tourne la page, ce n’est pas facile. Je suis habitée par des sentiments contraires. Fierté d’avoir eu une vie professionnelle riche et exaltante, mais aussi, tristesse de quitter les concitoyennes et concitoyens qui sont pour moi comme une grande famille.

« Aujourd’hui, je peux quitter en me disant : “Mission accomplie !” », a-t-elle indiqué. « Trouver les mots pour dire que je tourne la page, ce n’est pas facile. Je suis habitée par des sentiments contraires. Fierté d’avoir eu une vie professionnelle riche et exaltante, mais aussi, tristesse de quitter les concitoyennes et concitoyens, qui sont pour moi comme une grande famille. »

Mme Boulet s’est donc ajoutée lundi à la liste de plus en plus longue de ministres libéraux ayant choisi de ne pas briguer un nouveau mandat.

Quatre autres ministres — Stéphanie Vallée, Jean-Marc Fournier, Martin Coiteux et David Heurtel — avaient déjà annoncé qu’ils ne seraient pas de retour. Les ministres Geoffrey Kelley et Laurent Lessard sont de leur côté toujours en réflexion.

 

Infographie

Quels députés ont annoncé leur départ?


 

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.