Lockout à l’UQTR: la ministre David somme le recteur de venir s’expliquer

La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David

La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, enjoint au recteur de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Daniel McMahon, de se présenter devant elle vendredi matin afin de faire le point sur la mise en lockout de 445 professeurs de l’établissement d’enseignement supérieur.

« Je veux absolument avoir une discussion sérieuse », a-t-elle déclaré lors d’un impromptu de presse à l’Assemblée nationale jeudi. Il s’agira du second échange entre Mme David et M. McMahon depuis l’entrée en vigueur du lockout mercredi. « Il faut que ça se règle vite », a fait valoir l’élue libérale, se disant « pas du tout » heureuse du conflit de travail en cours à l’UQTR.

Mme David a dit superviser « minute par minute » l’évolution des pourparlers entre la direction et le Syndicat des professeurs et professeurs de l’UQTR, dont la convention collective est échue depuis le 31 mai 2017. « On les surveille ! » a-t-elle lancé avant de mettre le cap vers le Salon bleu.

Les négociations achoppent essentiellement sur le plancher d’emploi, qui contraint l’université à procéder à l’embauche de 31 professeurs au plus tard le 1er juin prochain.

La ministre du Travail, Dominique Viens, a appelé en « renfort » le médiateur Gilles Lachance. Celui-ci a rencontré tour à tour les négociateurs de la direction et du syndicat au cours de la journée. « Il y a des étudiants qui voudront possiblement suivre des cours cet été. On fait appel à la bonne diligence des parties. Qu’elles s’assoient et qu’elles négocient », a lancé Mme Viens, quatre jours après le début du trimestre d’été.

Accès restreint à « Info lockout »

L’UQTR ne fait pas mention du conflit de travail ni sur la page d’accueil ni dans une section spéciale de son site Web. Le communiqué de presse dans lequel la direction a annoncé avoir décrété un lockout de son personnel mardi soir n’a même pas été mis en ligne.

La direction de l’UQTR préfère diffuser ses « messages » et ses « directives » dans un site Web à accès restreint : « Info lockout ». Il s’agit de « la source officielle d’information concernant le déroulement du conflit de travail », précise-t-elle sur sa page Facebook tout en « met[tant] en garde [la communauté universitaire], car en situation de crise beaucoup de désinformation circule sur des comptes de médias sociaux ». « La désinformation circulerait moins si vous transmettiez toutes les informations nécessaires ! » lui a répondu « Mary Blois ».