D’autres ministres partiraient, mais Couillard dit avoir la meilleure équipe

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre Philippe Couillard

Malgré les nombreux départs qui déciment son gouvernement, le premier ministre Philippe Couillard assure qu’il aura la meilleure équipe à présenter aux Québécois aux prochaines élections.

Il réagissait ainsi mardi à la nouvelle vague de ses ministres qui quittent le navire.

Après l’annonce du départ d’un poids lourd du gouvernement, le ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique, Martin Coiteux, vendredi, on apprenait que le ministre de l’Environnement, David Heurtel, et son collègue à l’Agriculture, Laurent Lessard, ne brigueraient pas un nouveau mandat, selon ce que rapportent des médias.

M. Heurtel n’a pas commenté mardi dans les corridors du parlement, mais Laurent Lessard a affirmé qu’il poursuivait sa réflexion.

En point de presse avant d’aller à la séance du caucus libéral, Philippe Couillard a affirmé qu’il en était ainsi à chaque élection, à savoir que des gens décidaient de ne pas se présenter de nouveau.

« En 2014, j’avais de loin la meilleure équipe sur la glace, ce sera la même chose en 2018 », a déclaré le premier ministre, en assurant que les candidats se pressent au portillon du Parti libéral.

Dans l’équipe libérale, précisons que les ministres Jean-Marc Fournier et Stéphanie Vallée ont déjà fait part de leur intention de ne pas se représenter. Le ministre Geoffrey Kelley est également en réflexion, ainsi que le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon.

Dans une entrevue avec La Presse canadienne, le politologue à la retraite Réjean Pelletier a dit voir dans ces départs les signaux de la fin d’un règne.

« Si le Parti libéral était nettement en avance, pratiquement assuré de revenir au pouvoir, et qu’on est ministre et qu’on pourrait l’être encore, je pense qu’on ne démissionnerait pas. Pour certains, ça fait longtemps qu’ils sont là, mais aussi ils sentent que le parti a peu de chances de revenir au pouvoir. Que faire dans l’opposition quand on a été longtemps ministre ? C’est difficile. »