L’opposition écorche l’entente de Québec avec les médecins spécialistes

Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, a dans un premier temps reproché au <em>Devoir</em> d’avoir «fait un mélange» des chiffres.
Photo: Radio-Canada Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, a dans un premier temps reproché au Devoir d’avoir «fait un mélange» des chiffres.

Les partis d’opposition ont écorché mercredi l’entente de Québec avec les médecins spécialistes, en plus de reprocher au gouvernement Couillard son « manque de transparence », puisque Le Devoir a révélé que l’accord qu’il a conclu coûtera à terme au moins 4 milliards de dollars, soit deux fois plus que le montant véhiculé depuis le dévoilement de l’entente.

Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, a dans un premier temps reproché au Devoir d’avoir « fait un mélange » des chiffres liés à la rémunération des nouveaux médecins, des médecins spécialistes et des médecins omnipraticiens.

Or, Le Devoir précise dans son texte que Québec déboursera bel et bien 4 milliards pour la rémunération des spécialistes uniquement. La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FSMQ) et le Conseil du trésor ont confirmé ses chiffres.

« Ouais, ouais, c’est les bons chiffres », a reconnu le ministre, dans une deuxième mêlée de presse à ce sujet. « Ça dépend de la façon dont vous les interprétez », a-t-il cependant nuancé, en précisant que Le Devoir avait tenu compte de « tous les éléments qui entrent en ligne de compte », « année après année ».

« Les médecins au Québec, actuellement, c’est un dollar sur cinq. C’est 8 milliards, d’année en année, sur un budget qui frise les 40 milliards par année », a-t-il aussi martelé.

Voyez la réaction des ministres Pierre Arcand et Gaétan Barrette

 

 

L’écart entre les chiffres présentés en mars, lors de la conclusion d’une entente entre Québec et la FMSQ, s’explique en résumé par deux facteurs.

Des sommes récurrentes d’environ 400 millions de dollars sont prévues d’ici la fin de l’entente. À celles-ci s’ajoutent des montants d’environ 600 millions de dollars par année pour combler la hausse du nombre de médecins, et donc du nombre d’actes qu’ils vont poser. Ces millions, qui totalisent grosso modo 1 milliard par année, s’additionnent au fil des ans, en vertu de calculs complexes. En 2022-2023, Québec aura donc déboursé, au bas mot, 4 milliards de plus que si l’enveloppe de rémunération avait été gelée à sa valeur en 2015-2016.

Fait à noter : les montants déboursés par Québec pour la croissance des services médicaux sont plafonnés à une hausse de 2 %, au-delà de laquelle la FMSQ s’est engagée à payer, marquant ainsi une première.

Les partis d’opposition en furie

« Elle est où, la transparence, est-ce qu’il y a encore des milliards qui vont ressortir ? » a demandé la députée péquiste Diane Lamarre. « Ce dont on est surpris, c’est évidemment ce manque de transparence et d’explications qui proviennent du gouvernement, cette absence-là, totale, d’explications qui proviennent du gouvernement, alors on lui demande vraiment, pour une fois, une autre fois, d’être complètement transparent », a poursuivi sa collègue Véronique Hivon.

Le député caquiste Simon Jolin-Barrette a sommé le gouvernement Couillard de dévoiler « l’ensemble des chiffres » associés aux ententes avec les médecins. « Il y a un problème de transparence du côté du gouvernement libéral. […] Ce sont les payeurs de taxes qui rémunèrent les médecins. Ça prend de la transparence, et du côté de la Fédération des médecins spécialistes également, ça prend de la transparence. »

L’élu solidaire Amir Khadir, lui-même médecin spécialiste, a admis n’avoir jamais été avisé de ces chiffres par la FMSQ, dont il est membre. « Le détail de ces ententes est très compliqué, la rémunération à l’acte permet ce genre de tour de passe-passe où on n’y comprend rien, a-t-il déploré. Croyez-moi, la plupart des médecins, on n’a même pas le temps, si on veut faire notre travail, de regarder ces choses-là. »

Avec Dave Noël