Candidatures féminines: Couillard hésite devant la parité sous la contrainte

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre Philippe Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard manifeste des réticences à légiférer afin de contraindre les formations politiques à recruter au moins 40 ou 45 % de femmes en vue des élections générales. Une telle loi entraînerait immanquablement, selon lui, un débat sur la nécessité d’en adopter d’autres pour obliger les partis politiques à avoir dans leurs rangs une certaine proportion de personnes issues des communautés culturelles, de personnes lesbiennes et gaies ou encore de personnes handicapées afin de « refléter la société » québécoise.

« Plus on légifère, plus on risque de faire des erreurs. Alors, on va être prudents », a-t-il déclaré en marge de la 3e édition de l’événement « En marche pour la parité » à l’Assemblée nationale mardi.

La présidente du Groupe Femmes, Politique et Démocratie (GFPD), Micheline Paradis, lui avait remis — ainsi qu’à Jean-François Lisée (PQ), François Legault (CAQ) et Amir Khadir (QS) — une proposition de projet de loi prévoyant l’obligation pour toutes les formations politiques de présenter au moins 40 %, puis 45 % de femmes lors des rendez-vous électoraux.

« On va lire le texte et on va en débattre », a dit M. Couillard à la presse. Mais, dans l’hypothèse où une telle loi était adoptée, « qu’est-ce qu’on fait avec la diversité culturelle ? » a demandé le chef du gouvernement. « Est-ce qu’on se donne un objectif également ? [Il y a la représentation des] femmes et [des] hommes. Il y a un ensemble d’autres éléments qu’il faut refléter de la société, par exemple les communautés culturelles, les orientations sexuelles, les autochtones, les personnes vivant avec un handicap, vous voyez ! C’est pour cela qu’il faut réfléchir comme il le faut », a-t-il fait valoir.

M. Couillard n’appuie pas non plus la proposition de bonifier les sommes allouées aux partis politiques qui réussissent à recruter un nombre équivalent de femmes et d’hommes — une proposition qui a été soumise par la ministre responsable de la Condition féminine, Hélène David, au caucus libéral, selon l’animateur Bernard Drainville. « Il y a des gens qui résistent beaucoup à cette idée — je ne parle pas de mon caucus, je parle de la société — en disant que c’est une façon de monnayer la participation des femmes à la politique », a-t-il mentionné.

Est-il vrai que vous avez proposé cette idée-là ? a par la suite demandé un reporter à Mme David. « On ne parle pas de ce dont on discute au caucus », s’est empressé de répondre M. Couillard, enlevant les mots de la bouche de sa ministre.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, s’est pour sa part engagé à présenter « une loi pour assurer la parité chez les élus de l’Assemblée nationale » s’il est porté au pouvoir le 1er octobre prochain. « La loi va indiquer que ça prend 40 % [de femmes] pour 2022, 45 % [de femmes] pour 2026. […] Puis, s’il y a des contrevenants à la loi, quelle sera la conséquence : là-dessus, on n’a pas de position aujourd’hui. On est conscient de l’aspect délicat de tout cela dans un processus démocratique. »