L’UPAC restera active durant les élections

L’UPAC continuera de faire son travail «coûte que coûte», même si cela implique de faire des arrestations en pleine campagne électorale, a affirmé Robert Lafrenière.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne L’UPAC continuera de faire son travail «coûte que coûte», même si cela implique de faire des arrestations en pleine campagne électorale, a affirmé Robert Lafrenière.

Le grand patron de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), Robert Lafrenière, a affirmé mardi qu’il pourrait procéder à des arrestations pendant la campagne électorale, dans une volte-face à l’image du témoignage parfois contradictoire qu’il a livré à l’Assemblée nationale.

Pressé de questions par les élus péquiste et caquiste Stéphane Bergeron et André Spénard, le commissaire Lafrenière a reconnu avoir « poussé le bouchon un peu loin » lorsqu’il a affirmé l’an dernier qu’il n’y aurait pas d’arrestations ou de perquisitions pendant la campagne devant mener à l’élection d’octobre 2018.

« Je n’ai peut-être pas la communication parfaite tout le temps », a-t-il lancé plus tard aux journalistes qui tentaient d’éclaircir ses propos.

« Si on est devant une situation où il faut intervenir parce qu’on va perdre des preuves, parce qu’on va avoir un suspect qui est en fuite, parce qu’il faut rencontrer des témoins pour faire débloquer une enquête, on va agir », a-t-il assuré.

Son affirmation de l’an dernier au sujet de l’absence d’arrestations en période électorale — qui tranchait avec ses prétentions voulant qu’il n’en ait « rien à cirer » de « l’agenda politique » — était justifiée par la crainte que des partis profitent des activités de l’UPAC pour attaquer leurs adversaires, a-t-il expliqué. « Dans le passé, l’UPAC a été utilisée comme outil, comme levier politique par un parti contre un autre parti », a-t-il déclaré.

Robert Lafrenière a déclaré qu’au cours des deux dernières campagnes municipales, des « individus » ou des « partis » — selon les deux versions qu’il a fournies mardi — ont tenté de « faire intervenir [l’UPAC] sur un autre parti, évidemment, pour gagner des points au niveau de la campagne électorale ». L’UPAC a déclenché « deux ou trois enquêtes » de méfaits publics contre ces personnes, mais en dépit de sa volonté d’aller « au fond des choses », elle n’a jamais porté d’accusations.

L’enquête Mâchurer

Autre volte-face : Robert Lafrenière a déclaré que l’enquête sur les fuites médiatiques entourant son opération Mâchurer, qui cible notamment l’ex-premier ministre Jean Charest, est bel et bien active. C’est dans le cadre de cette enquête que l’UPAC a arrêté le député libéral Guy Ouellette, le 25 octobre.

En janvier, le grand patron de l’UPAC avait déclaré que des communications avec l’Assemblée nationale au sujet de l’immunité parlementaire empêchaient l’enquête d’aller de l’avant. Une guerre de mots avait alors été déclenchée entre le commissaire et l’institution, cette dernière lui ayant reproché d’utiliser de faux motifs pour justifier la mise sur pause de son travail. Or voilà : l’enquête est bel et bien en cours, depuis un moment que Robert Lafrenière n’a pas voulu préciser. « [En janvier], c’était le cas [l’enquête était suspendue]. Mais après consultation avec le DPCP [Directeur des poursuites criminelles et pénales], tout ce qui était hors de portée du privilège parlementaire, c’était clair qu’on pouvait le travailler », a-t-il déclaré.

En début de journée, Robert Lafrenière a répondu à une question de Stéphane Bergeron en affirmant qu’« il n’y a eu aucune écoute électronique sur quelque parlementaire que ce soit ». Sa version a évolué au cours de l’après-midi, lorsque l’élu lui a demandé si d’autres parlementaires, outre Guy Ouellette, faisaient l’objet d’une « attention particulière » de l’UPAC ou était faisait l’objet d’une enquête. « Actuellement ? Je ne suis pas en mesure de vous dire », a répondu le commissaire.

« J’ai comme l’impression qu’il y a, ou qu’il y a eu des collègues [faisant l’objet d’une] enquête », a plus tard conclu Stéphane Bergeron.

Un autre départ

Le passage de Robert Lafrenière en commission parlementaire a par ailleurs permis d’apprendre que l’UPAC a perdu un deuxième haut gradé. Son directeur des opérations, André Boulanger, « a décidé de retourner à la Sûreté du Québec », a confirmé le commissaire. « Il a fait un travail gigantesque en matière d’enquête dans les cinq années qu’il était là », a-t-il souligné. Selon les informations du Devoir, André Boulanger était fortement critiqué pour son style de gestion. On lui aurait recommandé de quitter l’organisation avant de se soumettre à un comité de sélection qui devait transformer son poste en celui de commissaire associé aux enquêtes.

Robert Lafrenière a aussi perdu, en décembre, son commissaire associé aux vérifications de l’intégrité des entreprises, Marcel Forget. Ce dernier a démissionné après que Le Journal de Montréal eut révélé qu’il aurait vendu des actions sans permis de courtier dans les années 1990 et 2000, ce qu’il a toujours nié.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a profité du passage de l’UPAC à l’Assemblée nationale pour réitérer sa confiance envers Robert Lafrenière. Le Parti québécois s’est plutôt engagé à le « remercier respectueusement pour ses bons services » s’il prend le pouvoir le 1er octobre.

Voyez le ministre Martin Coiteux réagir à la déclaration du patron de l'UPAC.