Vincent Marissal candidat à l'investiture de Québec solidaire dans Rosemont

Vincent Marissal a confirmé mardi qu’il sera candidat de Québec solidaire dans Rosemont aux prochaines élections.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Vincent Marissal a confirmé mardi qu’il sera candidat de Québec solidaire dans Rosemont aux prochaines élections.

Vincent Marissal a confirmé mardi qu’il sollicitera l’investiture de Québec solidaire dans Rosemont aux prochaines élections et qu'il sera, d’ici là, conseiller spécial en affaires publiques pour le parti.

« Je n’ai jamais fait de politique, mais j’ai couvert cet univers assez longtemps pour savoir qu’on ne se lance pas dans une telle aventure sur un coup de tête, ni par bravade et encore moins par ennui. J’ai des idées à proposer, des contributions à apporter, des débats à faire et j’ai une conception de notre société à défendre. Après mûre réflexion, j’ai choisi de le faire avec Québec solidaire. »

L’ex-chroniqueur de La Presse+, qui s’est décrit comme un homme de gauche, se dit conscient d’en avoir surpris plus d’un en se lançant aux côtés de Gabriel Nadeau-Dubois, Manon Massé et Amir Khadir.

« Peut-être que ça surprend, parce qu’on va se le dire, la pente est raide, a-t-il répondu. Il y a beaucoup de travail, mais moi, ça me motive encore plus que d’aller avec un parti qui serait premier dans les sondages, ou qui a le vent dans les voiles en ce moment. De toute façon, le vent, des fois ça vire de bord. »

Pourquoi Rosemont ? « La raison est toute simple : Rosemont, c’est chez moi. J’y vis depuis des années. Nous y élevons, ma compagne et moi, quatre enfants. Nous y faisons nos emplettes, les enfants fréquentent l’école de quartier. Je sens aussi, et surtout dans Rosemont, cette envie de changement, de se rallier à notre grand mouvement », a répondu l’ex-journaliste en conférence de presse, dans une brasserie artisanale du quartier.

Il affrontera donc le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, dans ce qui s’annonce comme un épique combat d’ex-journalistes. La semaine dernière, M. Lisée accusait M. Marissal de favoriser le Parti libéral en divisant le vote souverainiste dans ce quartier. « Moi, je me présente pour gagner, soyons bien clairs. Je ne veux pas diviser le vote, je veux le recueillir. »

Questionné par les journalistes, il a nié avoir approché le Parti libéral du Canada pour être candidat dans Outremont, comme l’affirmait le chroniqueur politique Bernard Drainville.

« Je connais beaucoup de monde dans tous les partis politiques. Je connais des gens dans le bureau de Justin Trudeau. Est-ce qu’on s’est parlé ? Oui. Est-ce que je les connais ? Oui. Est-ce qu’il y a eu offre de service et tentative de me présenter dans Outremont ? Non. »

Il affirme par ailleurs avoir été approché au fil des années par l’ensemble des partis politiques, tant à Québec qu’à Ottawa, à l’exception du Parti conservateur.