Le monorail est mort, vive le TGF!

Le premier ministre, Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre, Philippe Couillard

Deux projets de transports absents du budget, deux réponses gouvernementales différentes. Si Québec a envoyé quatre ministres au front mercredi pour défendre le projet de troisième lien routier entre Québec et Lévis, il a en revanche laissé son projet de liaison Québec-Montréal « moderne, durable, futuriste » tomber dans l’oubli.

Dans le budget déposé mardi, il n’y a aucune trace de ce lien rapide, pourtant présenté par le premier ministre Philippe Couillard en novembre comme étant un « projet phare pour le nouveau Québec ».

Cette liaison, qui devait au départ être « quelque chose de beaucoup plus moderne » qu’un train, a été assimilée à un monorail et à un hyperloop par les ministres libéraux. C’était avant que le premier ministre ne revienne sur ses positions, le mois suivant, en le rendant tributaire de la participation financière d’Ottawa.

Or voilà que le budget a manifestement scellé son sort. « Pourquoi y aurait-il des traces de ce lien rapide dans le budget, a demandé Philippe Couillard, étant donné que le TGF va de l’avant ? »

L’idée d’une « liaison moderne, durable, futuriste entre notre capitale nationale et notre métropole » lancée par le chef libéral en clôture d’un congrès libéral a froissé les élus de la Mauricie, auxquels le projet de TGF — un train à grande fréquence qui relierait notamment Montréal, Trois-Rivières et Québec — est cher.

Désormais, « c’est le TGF ! » a attesté M. Couillard. « On a dit qu’on ne retarderait pas le TGF, tant mieux. Mais il y a de la place pour les nouvelles technologies ailleurs au Québec », a-t-il cependant ajouté.


Quatre ministres pour un troisième lien

La réponse gouvernementale à l’oubli d’un autre projet dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) a été d’une tout autre ampleur.

Pas moins de quatre ministres — le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, et les ministres de Québec et de sa rive sud Dominique Vien, Sébastien Proulx et Véronyque Tremblay — se sont présentés devant les médias pour témoigner de leur appui à ce futur lien routier entre Québec et Lévis, souvent mis en opposition avec le projet de tramway de Québec, pour lequel le gouvernement Couillard a débloqué 1,2 milliard dans son budget.

« Il y a eu des radios à Québec qui ont mentionné le fait que le gouvernement se retirait. C’est tout à fait faux », a affirmé le ministre Arcand.

La veille, il avait fait part de l’importance d’avoir, « dans la région de Québec, un consensus sur la suite des choses ». Tout de suite avant, son collègue aux Finances, Carlos Leitão, déclarait être « à la limite » du PQI.

Or ce PQI peut être doté de nouveaux projets au fur et à mesure que d’autres se concrétisent, a rappelé Pierre Arcand. Quant au consensus qu’il a évoqué, il ne concerne pas la réalisation, en soi, du troisième lien. Il porte plutôt sur le type de lien à privilégier.

« Il y en a qui veulent un tunnel, il y en a qui veulent quelque chose à côté du pont Pierre-Laporte, il y en a qui disent que c’est le pont de l’île d’Orléans », a énuméré le ministre. « Il est clair qu’on va le faire, de la meilleure façon. »