Migrants: Québec presse Ottawa de lui rembourser tous les frais

Devant l’arrivée massive de milliers de réfugiés au printemps 2017, Québec rappelle avoir «multiplié» les efforts pour les accueillir «dignement et avec égard».
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Devant l’arrivée massive de milliers de réfugiés au printemps 2017, Québec rappelle avoir «multiplié» les efforts pour les accueillir «dignement et avec égard».

Québec presse Ottawa de lui rembourser tous les frais engagés pour l’accueil des demandeurs d’asile depuis le début de l’année 2017, dans une lettre envoyée mercredi au gouvernement fédéral.

Les ministres de l’Immigration, David Heurtel, et des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, demandent au gouvernement fédéral de « reconnaître le fardeau financier assumé par le Québec ».

« Il convient de rappeler que la gestion du mouvement des demandeurs d’asile et de la frontière canadienne relève de la responsabilité du gouvernement fédéral », écrivent-ils à leur homologue fédéral, Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada.

Devant l’arrivée massive de milliers de réfugiés au printemps 2017, Québec rappelle avoir « multiplié » les efforts pour les accueillir « dignement et avec égard ».

Les ministres québécois rappellent que de 2012 à 2016, environ 3500 demandes d’asile étaient traitées par Ottawa. Ce chiffre a grimpé à 24 980 au cours de l’année 2017, une augmentation de 700 %, soulignent-ils. « Cette situation exceptionnelle, autant par le nombre de personnes accueillies que le moyen privilégié pour traverser la frontière, est encore plus aiguë [au Québec] qu’ailleurs au Canada », rappellent les députés du Québec.

Près de la moitié des demandeurs d’asile se sont dirigés vers le Québec en attendant que leur dossier soit traité, et dans près de 75 % des cas, les personnes ont traversé la frontière de manière irrégulière selon les données avancées par le gouvernement québécois.

Facture de 146 millions

Les ministres indiquent que l’évaluation des coûts de la prise en charge des réfugiés par Québec sera finalisée dans les prochaines semaines.

« Cette hausse draconienne du nombre de demandeurs d’asile à laquelle nous faisons face a occasionné une forte augmentation des délais de traitement des dossiers par le gouvernement fédéral, ce qui n’a pas été sans conséquence financière significative pour le gouvernement du Québec », font-ils valoir.

Lors du dernier budget fédéral, un montant de 173,2 millions a été annoncé afin de soutenir les opérations de sécurité à la frontière canado-américaine et le traitement de demandes d’asile à venir.

Bien qu’ils « saluent » l’investissement, MM. Heurtel et Fournier le jugent « insuffisant ».Jusqu’à présent, le Québec a déboursé environ 146 millions, indique le cabinet du ministre Heurtel. Ce montant comprend notamment l’hébergement temporaire offert aux réfugiés.

L’accélération de la cadence d’arrivée au mois d’août avait même obligé les autorités à mettre sur pied des centres d’hébergement temporaires, dont 1050 places au Stade olympique, à Montréal.

La plupart des demandeurs étaient des ressortissants haïtiens qui ont fui les États-Unis lorsque le président américain, Donald Trump, a menacé de retirer leur statut de protection temporaire à 58 000 d’entre eux arrivés au pays depuis 2010.

Québec estime que la situation observée durant la dernière année risque de perdurer et demande aussi à Ottawa de convenir d’un processus de compensation valable pour les années à venir.

Le cabinet du ministre Hussen a confirmé avoir pris connaissance de la lettre et a indiqué travailler sur une réponse.