Une déclaration sur les valeurs québécoises améliorée

Le chef caquiste, François Legault
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le chef caquiste, François Legault

Le Parti québécois, la Coalition avenir Québec et Québec solidaire se disent a priori favorables à l’idée de réviser la Déclaration sur les valeurs communes de la société québécoise — un document de deux pages devant être signé par tout candidat à l’immigration au Québec — afin d’y expliciter le principe sacré d’égalité.

« Les femmes et les hommes ont les mêmes droits », peut-on lire dans la Déclaration. « Si M. Legault dit “écoutez, il n’y a pas les LGBT, il faudrait les ajouter”, excellente idée, ajoutons-les. Est-ce que vous avez autre chose ? Faisons ce débat-là sur des bases solides », a lancé le chef péquiste, Jean-François Lisée, lors d’une conférence de presse mercredi matin.

L’égalité entre les personnes de races, de couleurs, d’identités ou d’expressions de genre et de religions différentes au Québec devrait elle aussi être ajoutée à l’énoncé de « valeurs communes » du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) — en plus de l’égalité entre les femmes et les hommes ou encore entre des personnes de différentes orientations sexuelles.

Le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois dit n’avoir « aucun, aucun, aucun problème avec ça ». « S’il faut la compléter, complétons-la ! […] L’important, c’est qu’il n’y ait pas un processus de test ou d’examen qui vient créer deux catégories de Québécois : les vrais et les faux. Non seulement je ne suis pas d’accord, mais ça me fait peur. Moi, je ne veux pas vivre dans un Québec où on classifie les gens avec des examens de pureté », a-t-il déclaré, montrant du doigt le « test des valeurs » proposé par la CAQ.

La CAQ étudiera avec sérieux toute proposition visant à augmenter la Déclaration sur les valeurs communes de la société québécoise. « [Celle-ci consiste à] sensibiliser les candidats potentiels [à l’obtention d’un Certificat de sélection du Québec aux] valeurs [communes] ainsi qu’à l’importance d’apprendre le français au moment où ils déposent une demande d’immigration. En apposant leur signature, ils attestent avoir pris connaissance de ces valeurs et déclarent vouloir vivre dans le cadre et le respect de celles-ci et vouloir apprendre le français, s’ils ne le parlent pas déjà », indique le MIDI sur son site Web.

Un gouvernement caquiste élaborera, en plus, un examen de connaissance des valeurs du Québec, a réitéré M. Legault mercredi. « On voudrait mettre un petit peu plus d’accent en mettant un test pour s’assurer qu’on envoie un signal clair […] : apprenez les valeurs, puis connaissez-les, puis sachez bien dans quoi vous vous embarquez quand vous venez au Québec », a-t-il déclaré aux médias. « Pourquoi en faire tout en plat ? » a-t-il demandé.

« Sale petite politique »

En chambre, le premier ministre, Philippe Couillard, a accusé la CAQ de s’adonner à du « racolage » en répétant « nous, on est contre les étrangers, les immigrants. Si vous votez pour nous, c’est ça qui va arriver…. ». « Je vais vous faire une prédiction, ils vont reculer là-dessus », a lancé le chef du gouvernement libéral, faisant allusion à la promesse de M. Legault d’abaisser temporairement de 50 000 à 40 000 le nombre d’immigrants admis au Québec par année. « Ils reculent sur tout, actuellement. »

Le chef du deuxième groupe d’opposition à l’Assemblée nationale a été piqué au vif. « Ce que je n’accepterai jamais, c’est la sale petite politique de Philippe Couillard », a-t-il déclaré aux journalistes mercredi après-midi. En adoptant cette « approche d’égouts », M. Couillard « sali[t] la fonction de premier ministre et l’image du Québec », a fait valoir le chef caquiste, avant d’emprunter une citation à l’ex-première dame des États-Unis Michelle Obama : « When they go low, we go high. »