Troisième lien: la CAQ ne s’appuie sur aucune étude, reconnaît Caire

Le député Éric Caire a dû reconnaître lundi que la dernière analyse portant spécifiquement sur la congestion dans la région de Québec remontait à près de 20 ans.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le député Éric Caire a dû reconnaître lundi que la dernière analyse portant spécifiquement sur la congestion dans la région de Québec remontait à près de 20 ans.

La Coalition avenir Québec (CAQ) n’a toujours pas d’étude ou d’analyse l’assurant qu’un troisième lien entre Québec et Lévis réduirait effectivement la congestion dans la région de Québec.

Questionné à ce sujet, le député Éric Caire a dû reconnaître lundi que la dernière analyse portant spécifiquement sur la question remontait à près de 20 ans.

La question était soulevée dans la foulée de la prise de position de la CAQ sur le nouveau projet de Réseau structurant de Québec. Tout en se disant favorable au Réseau, le parti plaide qu’il devra nécessairement être connecté à un futur troisième lien. Rappelons que la CAQ a promis que sa construction débuterait avant la fin d’un premier mandat.

À une journaliste qui lui demandait sur quelles études il se basait pour affirmer qu’un troisième lien allait désengorger les autoroutes et non pas le contraire, le député Éric Caire a rétorqué que « depuis 1956, à peu près une dizaine d’études et de rapports avait été faits ». Celle de 1972, en particulier, prévoyait « les problèmes de congestion routière qu’on vit actuellement ».

« Ces mêmes études, sur le même sujet, en arrivent à la même conclusion : oui, c’est pertinent et, oui, ça aura un impact. »

 

Il a par la suite mentionné deux études plus récentes : une datant de 2003 et celle du professeur Bruno Massicotte (2016). Or, en réponse aux questions, le député de La Peltrie a dû convenir que la première ne traitait pas de troisième lien, mais seulement de mobilité, alors que la seconde portait sur la faisabilité d’un troisième lien sans aborder son incidence possible sur la circulation.

« Vous avez raison, l’étude du professeur Massicotte ne portait pas sur les éventuels changements de comportement chez les automobilistes qui empruntent les ponts. Ceci étant dit, c’est clair que, si moi, je pars de Beauport, de Charlesbourg, puis que je veux aller sur la rive sud, puis qu’il y a un troisième lien, je n’ai pas besoin d’une étude très élaborée pour comprendre que le troisième lien va m’intéresser », a-t-il dit.

Selon nos vérifications, la dernière étude qui a abordé l’effet d’un troisième lien sur le trafic remonte à 1999 (voir l'encadré à la fin du texte).

« Un beau projet »

Rappelons que la CAQ avait décidé de se donner quelques jours avant de prendre position sur le projet de réseau structurant présenté vendredi par le maire de Québec, Régis Labeaume, et le premier ministre Philippe Couillard.

« C’est un très beau projet : un projet futuriste, moderne qui dessert, comme on l’avait demandé, les banlieues », a déclaré le chef de la CAQ, François Legault, lors d’un point de presse lundi à Montréal. Qui plus est, le coût de l’ambitieux projet — évalué à 3,3 milliards par M. Labeaume — semble, à première vue, « raisonnable », selon lui.

Un peu plus tôt à l’Assemblée nationale, le député Éric Caire a quant à lui souligné qu’il ne fallait pas y voir « le projet du Parti libéral » mais « le projet de la Ville de Québec ».

Lors de l’annonce vendredi, le premier ministre Philippe Couillard avait déclaré qu’il fallait voter pour le PLQ et contre la CAQ si on souhaitait voir le projet réalisé.Une partie de l’électorat de la CAQ est en effet très réfractaire aux grands projets en transport collectif. Ce dont M. Caire ne s’est d’ailleurs pas caché lundi.

La CAQ ne s’est en outre pas ralliée à la demande du chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, de faire un référendum sur le sujet. Cela relève, a dit M. Caire, de la prérogative du maire Régis Labeaume.

Le sujet du réseau structurant a ensuite rebondi à la séance du conseil municipal où M. Gosselin a fait valoir que le transport en commun coûtait déjà assez cher aux citoyens de Québec. « La Ville investit déjà par année 200 $ par personne, donc [pour] une famille de quatre, on parle de 800 $ par année ! » a-t-il dit.

Le chef de Québec 21 a en outre souligné que le parcours du tramway transitait par les sites de deux projets immobiliers majeurs du Groupe Cominar (le Phare et un projet résidentiel dans le secteur de l’avenue Le Gendre). « J’imagine que c’est pas parce que les gens vont sortir du IKEA avec des boîtes de 40, 50 livres et qu’ils vont s’aligner pour le tramway », a-t-il suggéré.

À cela, M. Labeaume a rétorqué que le secteur Le Gendre avait été choisi parce que « les gens du coin, ils le demandent depuis quinze ans ». Et d’ajouter que le site avait été choisi parce que la Ville y possède un terrain pouvant accueillir le futur « garage » des véhicules.

La circulation dans la Vieille Capitale

1969 Le Plan de circulation de la région (rapport Vandry-Jobin) juge réaliste l’idée d’un troisième pont entre le port de Québec et l’ancienne ville de Lauzon, à Lévis.

1979 La firme Vandry-Jobin produit une étude avec plusieurs scénarios de tunnel passant tous par l’île d’Orléans. Elle plaide pour la construction d’un nouveau lien entre les deux rives avant 1990 en raison de « l’accroissement toujours grandissant du nombre de véhicules qui circulent sur les ponts de Québec et Pierre-Laporte et étant donné leur capacité limitée ».

1999-2001 Le rapport de la firme TECSULT de 1999 — mis à jour en 2001 — établit qu’un tunnel sous-fluvial passant à l’ouest de l’île d’Orléans canaliserait 15 % du volume des véhicules particuliers et 33 % des camions circulant entre Québec et Lévis. Le projet est estimé à 750 millions de dollars et on suggère de le financer avec le péage.

2016 Une étude du professeur Bruno Massicotte de Polytechnique Montréal avance qu’un tunnel sous le fleuve entre Québec et Lévis serait « faisable » et coûterait 4 milliards de dollars. Commandée par le ministère des Transports, l’étude ajoute qu’il faudrait environ 13 ans pour le construire et ses coûts d’exploitation sont évalués à 2,3 milliards. L’analyse de l’incidence d’un tunnel sur la circulation ne faisait pas partie du mandat donné au chercheur.
4 commentaires
  • Jean Santerre - Abonné 20 mars 2018 08 h 05

    Tous pour un et un pour un.

    Il semble n'y avoir aucune base d'information crédible pour faire la promotion de projets qui n'ont pas été étudiés.
    L'émotivité est facile et mauvaise conseillère.
    Tout le monde constate les congestions et le nombre croissant de véhicules sur les routes et avance que plus de route améliorera la fluidité.
    Mais construire plus de route ne fait qu'appeler plus de véhicules à les utiliser, pas le contraire.
    Pour repenser nos transports, il faut diminuer nos besoins de se déplacer, et cela c'est beaucoup moins spectaculaire et électoraliste que l'inverse.
    Les lacunes en développement de nos villes et espace urbain sont l'éléphant dans la pièce.

  • Raymond Chalifoux - Abonné 20 mars 2018 10 h 57

    Une (autre) confirmation...

    Comme s'il en fallait une de plus, le fait que les Québécois s'apprêtent à élire ces gens-là, constitue le énième démonstration de leur nullité en matière de choix politiques.

    La démonstration du "génie québécois", il y a belle lurette qu'elle n'est plus à faire dans le domaine "Vas-y, crée mon ti-pitte t'es un artiste", mais il y en a d'autres (la santé, entre autres - et je fais ici référence au fait que le Québec est l'un des quatre territoires restants au Canada où la naturopathie n'est pas reconnue, au contraire on chasse ces adeptes comme des pestiférés alors qu'en Ontario, juste à côté, ils sont mis à contribution) des domaines, donc, où les Québécois sont carrément à se flinguer de désespérante incapacité. En 2018 on niaisotte encore à Lévis concernant un 3e lien, à Mtl il n'y a qu'une seule station de métro sur la Rive-Sud (!!!!!), et si le PQ est élu, coucou, ils vont flusher le "R" machin.. Au secours, môman! Démence collective que tout cela! Pu capable! Ça prendra quoi, comme pied-au-cul collectif (national)?

    Par les temps qui courent les Amerloques ont plein de raisons d'avoir honte... Icitte, si ça continue, ce sera pas ben ben mieux...

  • Madeleine LaRoche - Abonnée 20 mars 2018 12 h 54

    Un projet futuriste? Des garages à Cap-Rouge?

    Une fusée? Un sous-marin? Un train submersible? Des gondoles?

  • Gilles Gagné - Abonné 20 mars 2018 18 h 10

    le point de presse de la CAQ

    Ce point de presse de lundi a démontré le manque de préparation de la caq, d'une médiocrité désolante. Est-ce vraiment ces gens que l'on voudrait porter au pouvoir(sondages)? on y a vu une démonstration d'incompétence flagrante.