Québec propose la création d’un observatoire international de l’intelligence artificielle

Le premier ministre québécois Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le premier ministre québécois Philippe Couillard

Paris — Le gouvernement Couillard veut mettre sur pied une organisation internationale sur l’intelligence artificielle basée à Montréal.

Le premier ministre en a fait l’annonce à Paris vendredi où il terminait une mission d’une semaine en France.

Une somme sera prévue au prochain budget du ministre Carlos Leitão, mais il n’a pas été possible d’en connaître l’ampleur.

Il s’agira en quelque sorte d’un « organisme de concertation » pour traiter de divers enjeux, comme les questions technologiques, sociales, éthiques, de diversité et d’inclusion liées à ces technologies, a expliqué M. Couillard en point de presse à Paris.

« Il y a énormément de questions dont il faut discuter maintenant, et non dans 10 ou 15 ans quand ces technologies seront parmi nous », afin d’établir un « cadre normatif », a-t-il poursuivi.

Ce domaine sera important dans nos vies, même si on ne s’en rend pas compte encore, a insisté M. Couillard.

« C’est une révolution qui sera comparable à celle qu’a été l’imprimerie ou la machine à vapeur à une autre époque », a-t-il évoqué.

Le premier ministre a obtenu l’appui de la France pour la création de cette organisation. L’UNESCO a aussi exprimé son intérêt lors d’une rencontre avec M. Couillard vendredi matin.

« Tout le monde reconnaît le leadership du Québec et de Montréal dans le domaine de l’intelligence artificielle », a-t-il fait valoir.

Le fédéral n’a pas été sollicité par le Québec, mais « toutes les contributions sont bienvenues », a laissé entendre le premier ministre.

En matinée, il a visité une petite entreprise, Snips, qui oeuvre sur une plate-forme de reconnaissance vocale dont peuvent être pourvus divers appareils.

M. Couillard a alors pris part à une table ronde sur l’intelligence artificielle, en présence notamment du député français Cédric Villani, d’abord et avant tout connu comme mathématicien, qui a obtenu la prestigieuse médaille Fields en 2010.