Le tout-à-l’hôpital

Tout le monde se réjouit de la décision du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de lancer des projets pilotes pour déterminer le nombre optimal de patients par infirmière en milieu hospitalier. Ce qui ne doit pas faire oublier que notre système de santé continue de concentrer la plus grande part des ressources aux hôpitaux au détriment de la première ligne et des soins à domicile.

Au Canada, 36 % des dépenses publiques en santé vont aux hôpitaux et 20 % aux médecins. À elles seules, les personnes de plus de 65 ans nécessitent 46 % des dépenses du réseau, mais une très faible proportion est fournie à domicile, tous services confondus. En fait, pas même la moitié des récentes augmentations de rémunération accordées aux médecins.

En septembre dernier, la protectrice du citoyen, Mme Marie Rinfret, constatait que seulement 8,6 % des personnes âgées de plus de 65 ans avaient accès à une forme ou une autre de soutien à domicile, médical ou non, soit à peine la moitié de celles qui en ont besoin.

Dès son arrivée au pouvoir, en 2014, le gouvernement Couillard a réduit les sommes consacrées à ce poste budgétaire, malgré sa promesse d’ajouter 750 millions de dollars en cinq ans. Même en intégrant les 69 millions annoncés le printemps dernier, on se retrouve aujourd’hui tout juste avec les sommes dépensées par citoyen de 65 ans en début de mandat, en termes réels.


 

On se rappellera qu’avec la réforme des soins ambulatoires menée il y a vingt ans par le ministre Jean Rochon, on a fermé des milliers de lits et accru les interventions d’un jour, mais les économies ainsi réalisées ont surtout servi à ralentir la croissance des dépenses en santé, sans améliorer le soutien à domicile comme promis.

Quinze ans plus tard, un autre ministre péquiste, Réjean Hébert, a proposé la création d’une « assurance autonomie » qui aurait accru sensiblement les ressources consacrées à l’autonomie des personnes âgées. Le PQ ayant été battu aux élections suivantes, le projet est tombé à l’eau.

Les libéraux ayant promis d’investir dans l’accès à un médecin de famille et aux soins à domicile, on s’attendait à une solution de rechange équivalente, mais non.

Après la vague de compressions destinées à retrouver l’équilibre budgétaire, tout l’argent promis est allé aux médecins, sans qu’on observe quelque amélioration que ce soit dans l’accès aux soins, encore moins ceux à domicile.

Dans les CLSC par exemple, à l’exception de quelques projets particuliers qui mériteraient qu’on en parle à titre d’exemple à suivre, on nous rapporte qu’à cause des nouvelles exigences en matière de performance, à peu près plus aucun médecin n’accepte de se rendre à domicile dans les cas de maladies chroniques ou dégénératives. Seuls les soins palliatifs justifient toujours une telle visite du Bon Dieu.

Et ne parlons pas des médecins qui pratiquent en groupes de médecine familiale (GMF) ou en cabinet : la répartition des enveloppes de rémunération entre médecins étant laissée aux bons soins de leur syndicat, ce dernier juge qu’il en coûterait trop cher aux autres médecins de reconnaître à sa juste valeur l’importance des visites à domicile, pourtant si communes à la plupart des pays civilisés.


 

Autre effet pervers de la réforme Barrette : on a transféré un grand nombre de travailleuses sociales des CLSC vers les GMF privés. Ce faisant, des milliers de personnes en détresse sont désormais laissées à elles-mêmes parce qu’elles ne sont pas inscrites auprès d’un médecin du GMF, condition essentielle pour avoir accès à ces professionnelles.

Tout cela nous amène à conclure que la très forte centralisation des décisions au sein des institutions fusionnées depuis la réforme Barrette a entraîné une standardisation des pratiques, dont l’objectif aurait pu se défendre, mais qui se résume pour l’instant à gonfler le nombre de personnes inscrites sur les listes sans amélioration des services, comme pour les médecins de famille.

Comme le constatait la protectrice du citoyen dans son dernier rapport, le temps moyen consacré à chaque personne visitée par le personnel des CLSC a diminué et certains services jugés arbitrairement moins essentiels ont été éliminés.

Nous sommes aujourd’hui à un mois de la prochaine année budgétaire. Dans plusieurs centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS), la priorité va à faire remplir le plus grand nombre de plans d’intervention possible par le personnel professionnel tout en maintenant ouverts le plus de dossiers possible, même s’ils sont inactifs, pour atteindre les cibles et justifier les budgets de la prochaine année. Bureaucratique, dites-vous ?

4 commentaires
  • Jules Desrosiers - Abonné 27 février 2018 08 h 39

    La privatisation du système de santé

    Monsieur
    Votre article soulève pertinemment plusieurs aspects du malfonctionnement de notre malheureux système de santé. J'en profite pour dénoncer une tendance néfaste du gouvernement actuel, tendance que ne corrigerait pas un éventuel gouvernement de la CAQ: la privatisation accélérée du système. Je considère le cas des CLSC.
    Les CLSC sont proches des citoyens, leurs services adaptés et leur personnel humain et attentif. Leurs services communautaires et leurs services à domicile sont appréciés, de même que leurs cliniques médicales. Tous ces services semblent très utilisés. Leur service Info-Santé constitue un service de première ligne formidable, mais pour le reste leur service médical de première ligne est plein de trous. Ce qu'il faut, selon moi, c'est renforcer leur mission de première ligne, leur donner plus de ressources et les obliger à offrir ce service de façon fiable. Mais au lieu de renforcer les CLSC, service public, on l'affaiblit en transférant ses ressources à des entreprises privées à but lucratif, les Groupes de médecine familiales, structures sur lesquelles l'État se donne le moins de pouvoir possible. Pour moi, c'est un non sens. Je ne comprends pas pourquoi ni le PQ ni QS ni personne (sauf votre éditorial, indirectement) ne provoque la discussion sur cette question et semble là dessus laisser toute latitude à la CAQ et aux Libéraux, champions de la privatisation.

  • Colette Pagé - Abonnée 27 février 2018 12 h 07

    Québec, pour les soins à domicile le cancre au Canada !

    Sauf erreur, le Québec serait le cancre au Canada pour l'investissement des soins à domicile.En revanche, pour les salaires des médecins spécialistes Québec se situerait au premier rang.

    Ce qui démontre l'échelle des priorités du Gouvernement libéral

  • Michel Gélinas - Abonné 27 février 2018 12 h 49

    Tout est dit dans cette synthèse des déficiences du système de santé

    Encore une fois, l'éditorialiste émérite du Devoir nous écrit un texte qui fait du bien à lire. Tout ce qu'on a remarqué qui ne va pas est relevé en faisant des liens avec l'ensemble. Les soins à domicile au Québec, c'est un scandale. Les médecins ne veulent pas aller à domicile, comme en France par exemple, et les malades qui ne peuvent se déplacer sont laissés à eux-mêmes.
    L'argent à profusion donné aux médecins sous le régime du PLQ a empiré les choses: trop riches, ils se mettent à 3 ou 4 jours/semaine, pas besoin de travailler plus. Et la mission de l'État en santé? Ces fameuses enveloppes qu'on donne aux syndicats de médecins en leur disant de faire ce qu'ils veulent avec, c'est quoi ça? L'État abandonne son rôle de décideur?

  • Diane Éthier - Abonnée 27 février 2018 19 h 06

    Editorial de Jean-Robert SansFaçon

    Cher monsieur Sansfaçn,

    Vos textes sont toujours très pertinents - parmi les meilleurs du Devoir, notamment parce qu'ils sont fondés sur une recherche fouilléé du sujet. Celui d'aujourd'hui met le doigt sur les principales lacunes du système de santé québécois. Bravo !

    Je voudrais simplement ajouter ceci. J'ai 69 ans et j'ai la chance d'avoir un médecin de famille.Je le vois pendant 20 minutes maximum deux fois par année. Que fait-il ? Il me prescrit des tests dont il me donne les résultats lors de la visite suivante, plusieurs mois plus tard. Entre-temps, si j'ai un problème plus urgent, c'est très difficile, sinon impossible de le rencontrer. Je dois donc me rebattre sur un de ses collègues ( qui ne connaît pas mon dossier et qui m'envoie à l'urgence de l'hôpital). La notion de médecin de famille ne veut plus dire grand chose. Ce sont des bureaucrates, qui ne font à peu près aucun acte médical ( sauf prendre la pression artérielle) et qui se limitent à nous prescrire des tests statutaires selon notre âge et pas toujours nécessaires).

    Diane Ethier